Faut-il décrire ses personnages ?

A présent que j’ai terminé le roman de Maja (et séché la réécriture, je savais que ça allait me saouler, ça n’a pas manqué…) et que j’ai entamé l’écriture d’Ofelia (déjà 31 pages à l’heure où j’écris, dimanche fin de journée), je me pose un peu une question : dois-je décrire mes personnages ? Je veux dire, donner des caractéristiques physiques particulières, ok, mais dois-je, par exemple, leur donner une couleur de peau particulière ? Faut-il décrire ses personnages ou laisser aux lecteurs la possibilité de leur donner les traits qu’ils souhaitent ?

Dessiner un corps humain

Lire la suite

4 réflexions sur “Faut-il décrire ses personnages ?

  1. Perso, quand je lis un livre, j’aime bien un tout petit peu de description, mais pas besoin d’en faire trop. La description m’intéresse dans le sens où elle permet de se forger quand même une idée du personnage au début, mais surtout dans ce qu’elle dit de sa personnalité. Par exemple si tu décris une femme avec de magnifiques cheveux lisses et brillants, ou une autre avec des cheveux emmêlés et des racines apparentes, on voit bien qu’on a pas affaire au même type de caractère. Quelques détails de ce genre me suffisent pour me faire une image du personnage et je n’ai pas besoin de plus, sauf effectivement si c’est capital pour l’intrigue.

  2. Pas besoin de TOUT décrire. Tu risques d’assommer le lecteur et il faut lui laisser une petite part d’imagination . A ta place, je décrira les personnages dans les grandes lignes, s’ils ont une particularité le signaler puis noyer ou plutôt disséminer des éléments de description au fil du récit, des actions et des dialogues.

    1. Merci pour ton avis ! Je n’ai jamais été une grande fan des descriptions en tant que lectrice (j’ai dû sauter les 3 premiers chapitres de Notre Dame de Paris, par exemple) donc naturellement, j’ai tendance à en faire un minimum. La description n’intervient finalement que lorsque j’ai besoin de donner un élément précis… mais du coup, j’ai l’impression que mes intentions n’en seront que plus lisibles. Mais j’aime bien cette idée de disséminer, un peu, donner des éléments à droite à gauche, comme si le lecteur découvrait la personne petit à petit, comme dans la « vraie vie ». On ne découvre les détails chez l’autre qu’avec le temps, finalement.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *