Week-end romantique à Rome – Day 2

Le dimanche, on repart fièrement à… midi. Oui pardon mais il pleuvait, on s’est pas pressés. Direction Piazza di Spagna… en métro. Oui, Victor et moi, on est du genre à tirer les leçons de nos erreurs. En plus, c’est bien, ils ont des tickets de métro 24 ou 48h… qui durent bien 24 ou 48h. Donc notre ticket nous permettra en plus de prendre le métro le lendemain pour prendre l’avion. Alors sur la Piazza di Spagna, beaucoup de monde et surtout une affiche dégueulasse Kia tout au sommet, ça m’a pas mise de très très bonne humeur mais nous en reparlerons dans un prochain article, tiens. On décide de déjeuner dans le coin, nous trouvons un charmant petit restaurant pas tout à fait gastronomique mais pas mal et on se fait plaiz : des putains de pâtes à la truffe avec des vrais petites rondelles de truffes noires, j’ai un orgasme gustatif rien que d’y repenser, un délice, une tuerie. On arrose ça d’un petit verre de Merlot, tiramisu maison et petit café. Je pars aux toilettes en annonçant à Victor qu’à midi, c’était moi qui régalais. Je reviens 5 minutes plus tard, il m’invite à m’asseoir avant d’ouvrir la note : 90 euros. 90 euros à 2… Mais que… Ah mais oui, suis-je sotte ! En Italie, tout se paie : pain, eau, service. Donc 12 € de service (légèrement plus de 15% de service, on se fait plaisir), 3 € de pain qu’on a distraitement boulotté en attendant nos plats, 3 € de carafe d’eau avec un bouchon qui n’arrêtait pas de tomber, notamment dans le café de mon cher et tendre qui a donc eu un fond de ce délicieux ristretto à 2 €.

IMG_0435 rome-place-espagne-2 rome-place-espagne-1 rome-place-espagne

Voilà, c’était l’anecdote : “attention aux faux frais en Italie” (je le SAVAIS en plus putain).

rome-voldemort

Ceci est un Facepalm Romain

 

On repart, plus ou moins sous la pluie : jardins de la Villa Borghese, piazza del Popolo, on remonte à nouveau Castello dell’Angelo, Piazza Navona, on va cette fois ci au Panthéon puis on part vers la Fontaine Trevi, en travaux. Mais du coup, ils ont installé des planches et nous pouvons passer au plus près des magnifiques statues de la Fontaine. Cool. Sauf que des pauvres vigiles sont payés pour permettre la fluidité des passages et que devant nous, on a quelques dindes accros aux selfies (ça aussi, faut que j’en reparle) qui nous retardent et j’ai même pas le temps de prendre, moi, des photos correctes. Scrugnugnu ! On fait une pause goûter, je prends un chocolat chaud… mais en fait, on n’a pas tout à fait la même définition du chocolat chaud vu que je me retrouve à déguster une sorte de crème au chocolat chaude. Pas comme le chocolat chaud espagnol où tu as quand même une partie liquide, là, non, tout est solide. Bon, au moins, ça me réchauffe vu qu’on est bien humides à ce moment là de l’histoire (et je dis pas ça rapport à l’aspect “week-end à 2”).

IMG_0438 rome-trevi-1 rome-trevi rome-pantheon-3 rome-pantheon-2 rome-pantheon-1 rome-pantheon rome-popolo-2 rome-popolo-1 rome-popolo rome-borghese-3 rome-borghese-2 rome-borghese-1 rome-borghese rome-3 rome-2 rome-1

On repart vers la gare Termini en passant vers la Piazza della Reppublica qui est assez mignonne, on checke les horaires de train pour le lendemain (non, on ne reprendra pas le taxi à 48 €) puis, motivé par la proximité du métro, Victor décide que, tiens,on pourrait partir dans le sud de Rome et remonter à pied jusqu’au Trastevere. Vous vous souvenez la veille quand on a marché 2h pour relier le Trastevere à notre petit appart ? Et bien, on a remis ça… la pluie en plus. Donc on sort du métro dans un quartier mort ou à peu près, on croise quelques oeuvres de street art sympas puis on marche. On marche. On marche. J’ai froid, mes pieds sont mouillés, j’y vois rien avec ma capuche (de toute façon, il fait nuit). On finit par en avoir marre et Dieu merci, on trouve un resto qui n’a pas l’air incroyable mais on s’en fout, on a froid, on a faim. Et c’était pas si mal.

rome-reppublica-1 rome-reppublica IMG_0443 FullSizeRender glaces-italiennes glace-chocolat glace-pistache stracciatella

Pour rentrer, on joue la carte des transports en commun, on finit par trouver un bus qui nous ramène à la gare centrale. Et là, on découvre que le métro s’arrête à 23h30 et il est… 23h30. Mais heureusement, une annonce nous prévient que le prochain métro est le dernier. Ca sert des fois de parler italien. On finit par rentrer chez nous, épuisés et gelés, dodo. Le lendemain matin, on repart vers l’aéroport, on galère à la gare vu que le train pour l’aéroport est indiqué partout, absolument partout. Quand je dis partout, ça veut dire que tu as une flèche qui te dit que c’est tout droit, tu te retournes et tu constates qu’une autre flèche t’indique que le train est tout droit… dans l’autre sens donc. Bon, on finit par trouver, on est à la bourre, on met deux heures à acheter ces putain de billets. Point organisation : on n’a pas achetés les billets la veille car sur les bornes, il était question d’horaires et on n’était pas sûrs d’avoir celui de 8h50 (effectivement, on a eu celui de 9h05). Et bien en fait, les horaires ne figurent pas sur le billet donc on aurait pu les acheter la veille et être plus cools). Non parce qu’on est arrivés à la porte d’embarquement, ils annonçaient déjà le boarding (bien vu le checking online avant le voyage sinon, on repartait pas). Retour Paris, la déprime.

paris

Voilà, ce week-end fut juste parfait, même si on a tellement marché que mes mollets ont été hors service quelques jours, même s’il a plu. Evidemment, y a encore plein de choses à voir, faudra que je vous reparle de ma nouvelle conception des city breaks.

iberia-vueling

Prochaine destination : les Philippines, je décolle le 13. Pas en City Break et pas avec Victor, je le troque contre Anaïs pour des plongées que j’espère magiques !

moving_to_the_philippines

Rendez-vous sur Hellocoton !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *