J’ai testé pour vous la chorale

Depuis le 19 septembre, je chante. Tous les lundis soirs, je cours avec ma soeur dans une école primaire pour rejoindre une vingtaine de personnes et nous marions nos voix, bon an mal an. Quatre mois après, je vous en parle enfin.

Au début, j’avoue que je stressais un peu. Curieusement, j’ai du mal à chanter en public. Enfin, de façon générale, j’ai du mal à faire en public ce que je ne suis pas sûre de maitriser. Ouais, je crois qu’en 2012, je vais apprendre à lâcher le côté « apparemment parfaite » et commencer à assumer certains défauts ou manques de talent. Enfin dans des domaines où ma nullité m’ennuie. Parce que par exemple, je m’en fous bien d’être nulle en jogging mais j’aimerais bien être relativement douée en chant, je trouve ca cool. Déjà j’arrive à dire : « non, je n’ai pas vu ce film, je ne suis pas cinéphile ». Et en général, on me regarde un peu curieusement. Enfin tel n’est pas le sujet. Je stressais donc car j’avais peur de devoir chanter seule devant tout le monde pour que la prof écoute ma voix mais finalement, non, on a tous chanté ensemble de bout en bout.

 

Alors concrètement, on fait quoi ? D’abord des exercices de relaxation pour être détendus puis on s’echauffe la voix en faisant des « brrrrrr » et des petites vocalises, des exercices d’articulation. De temps en temps, on sort de nos bancs pour chanter en cercle, faire quelques petits exercices de theatre parce que faut interpréter les chansons. Mon gros point faible pour être honnête, ma soeur est bien meilleure dans ce domaine. On a également une petite routine qu’on répète à chaque cours, ça mêle chants et gestes. Les gestes sont très importants, j’ai appris en lisant un bouquin de psychologie comportementale que le corps a une meilleure mémoire que le cerveau. Par exemple, si vous allez dans une pièce et qu’une fois que vous y êtes, vous ne savez plus pourquoi, retournez à votre poing de départ et recommencez : l’objet de votre quête vous reviendra forcément en tête. Intéressant, non ?

Mais venons en au chant. Après quelques cours, je me suis auto proclamée mezzo, plutôt alto mais il m’arrive d’aller prêter main forte aux sopranos. Ouais, je suis comme Mariah Carey, je couvre plein d’octaves. Bon, en vrai, c’est juste que je m’amuse et ça ne me dérange pas d’apprendre plusieurs versions d’une même chanson même si, quand je rejoins les sopranos, je les attire un peu vers le bas. Oui parce que chaque voix a sa partition. Parfois on chante les paroles, d’autres fois, on fait les voix arrières, tels des instruments. Les mezzos sont cuivre je crois. Moi, je suis déçue, je voulais être violoncelle… Alors je varie, je bouge de groupes, j’apprends, je m’amuse.

Et la chorale alors ? La prof est géniale et nous avons un guitariste tous les 15 jours à peu près. Le niveau du groupe varie vraiment d’une personne à l’autre. On a la tee en l’air qui chante un peu n’importe quoi et très faux, celle qui chante très fort et un temps en avance sur tout le monde, celle qui râle quoi qu’on fasse (et qui refuse qu’une fille s’approche du seul mec de la chorale qui est un de ses potes, mais pas plus. Mais je vais pas chercher à creuser), celles, nombreuses, qui ne veulent pas se faire remarquer et qui suivent le mouvement quoi qu’on fasse, sont toujours larguées car elles suivent, tout simplement. Ma soeur et moi faisons office de bons élèves appliquées : toujours au premier rang, on est celles qui distribuent les partitions, celles qui lancent les chants ou les font arrêter. Ouais on est ub peu les lez ruses, huhuhu. Bon, j’en rajoute un peu mais en fin de comlten je trouve qu’on est dans le top des dégourdies. En communauté, on trouvait que ça sonnait pas super juste mais lundi, on a eu une remplaçante car ma prof était en arrêt maladie. Cette nouvelle prof nous a fait écouter des enregistrement chorale pour nous faire apprendre un nouveau chant et là, j’ai compris pourquoi elle nous trouve bon : en comparaison au chant qu’elle nous a fait écouter, effectivement, on est bonnes.

Au fond, le but n’est pas, pour moi, de devenir chanteuse ou de faire partir de la meilleure chorale de Paris. C’est juste que, ouah, qu’est-ce que c me détend ! Déjà je progresse en coordination, je travaille ma respiration (toujours mon point faible) mais surtout, je sors du cours épuisée mais satisfaite. Dans la voiture, au retour, on change à tue-tête, on croise Stéphane Plaza, et je rentre chez moi de super bonne humeur. La chorale, moi, je vous le conseille !