Je veux bien payer…mais en fait non

Ces derniers temps, mon moi mesquin et moqueur jubile. En cause ? L’incroyable hypocrisie des web citoyens qui veulent bien sortir leur porte monnaie en théorie mais hurlent au vol au moment de passer à la caisse.

au-voleur

Au milieu de mes icônes iPhone il y en a une verte qui ressemble au logo flux rss : Spotify. Tous les mois, je paie 10 € pour écouter des dizaines de milliers de titre selon mes envies. Acheter le dernier CD de X ou Y ? Non, je l’écoute sur Spotify chez moi sur mon pc ou sur mon iPhone. Je ne vole personne, j’ai payé pour ça. Or Spotify était gratuit jusqu’à récemment (tu te tapais de la pub toutes les 3 ou 4 chansons, la fille qui fait la voix de Jennifer Love Hewitt venait se doigter pour ton plus grand déplaisir « Haaaaan spotifyyyy! ») mais
désormais, la version gratuite est bridée à 10h d’écoute gratuite.

ecoute-baladeur

Branle-bas chez les internautes qui crient au scandaaaaale, au vol, proclament la mort de Spotify et tous sur Deezer ! Sauf que quelques jours plus tard, Deezer a suivi le même processus. Re scandaaaaale ! Comment va-t-on écouter de la musique gratos ? Je vous suggère YouTube ou, soyons audacieux, un truc de folie qui s’appelle la radio. Ah mais la radio y a de la pub et tu choisis pas ce qu’il y passe. Ouais ben moi je voudrais faire 1m70, on peut pas toujours tout avoir dans la vie.

je-veux-tout

Mais ce qui me fait rire à m’en taper les cuisses, c’est que ceux qui hurlent au scandale sont les mêmes qui au début d’Hadopi clamaient, la main sur le cœur : moi, ça me gênerait pas de payer un forfait pour télécharger comme ça tout le monde sera content. Alors ouiiii, la musique sur Spotify/Deezer est en streaming mais tu vois, j’ai en permanence sur moi 500 titres rangés dans différentes playlists. Une chanson ne me plait plus ? Je l’efface, je la récupère quand je veux. Je ressens le besoin impérieux d’écouter une chanson que je n’ai pas sur la playlist ? Clic clic c’est fait. Oui, il m’arrive d’avoir le désir très violent d’écouter une chanson. Je découvre un artiste qui a l’air bien ? Clic clic je récupère sa production. Si finalement je n’aime pas, je ne sauvegarde rien dans ma playlist. Oui, les catalogues ne sont pas complets, il y a quelques chansons absentes mais je peux les charger dans la bibliothèque via mon pc. En gros, c’est comme un iPod que je retrouve sur tous les ordis que j’utilise. Pratique quand on est un peu tête en l’air comme moi et qu’il nous arrive d’oublier notre iPod. Avoir sa musique est une condition de survie indispensable en open Space.*

bureaux open space

Je crois qu’on a un peu oublié que le web n’était pas un self service où tout est gratuit. Les 10h d’écoute gratuite permettent de découvrir de nouveaux artistes quoi qu’il en soit. Après, écouter toute la musique qui nous plait pour 9.99 € par mois, moins que le prix d’un CD comme l’a souligné un twitterer dont je n’ai pas retenu le pseudo, franchement c’est pas cher payé. Surtout qu’il y a des gens dont c’est quand même un peu le métier de faire de la musique et qui ont besoin d’un salaire. Vous prendriez un pain sans payer votre boulangère. Alors oui, certains s’en foutent scandaleusement plein les fouilles, c’est un autre débat, mais je trouve bien plus scandaleux de payer 14€ un CD avec une ou deux chansons potables que 10 € pour me faire plaisir et écouter ce que j’aime. Ou me laisser aller à la serendipité pour découvrir de nouveaux artistes.

lise

* sauf qu’à mon nouveau boulot, j’ai pas les droits admin sur mon pc donc pas de Spotify

PS au cas où : cet article ne sert pas de débat Spotify vs Deezer au fait. Je ne suis pas actionnaire chez Spotify.

Rendez-vous sur Hellocoton !

9 réflexions sur “Je veux bien payer…mais en fait non

  1. AMEN !!
    Surtout quand on en connaît certains qui utilisaient Spotify depuis le début ou presque et le faisaient tourner en boucle toute la journée… RIDICULE !

    (ce sont les mêmes qui sont prêts à payer 10€ pour bouffer de la merde chez McDo d’ailleurs)

  2. Je ne vois pas bien la logique.

    L’idée est de jeter la pierre aux utilisateurs mécontents de spotify sous prétexte qu’ils ne veulent pas qu’on modifie unilatéralement les termes d’un contrat qui les lie à une société, du jour au lendemain ?
    Ca me parait plutot sain comme réaction.

    Et si 4 millions d’internautes paient 10€ par mois au titre de la production musicale, ça fait de quoi en payer des artistes.

    Donc la super excuse vendue et revendue par le lobby de l’industrie du disque qui voudrait nous faire accepter qu’une poignée de happy few gagnent des sommes astronomiques pour apporter une contribution si importante à l’humanité, au hasard comme britney spears, quand on se souvient des conditions dans lesquelles vivait Mozart …

    Non désolé, impossible de prendre la défense de ces gens là. Et arrêtez de croire que le téléchargement tuera les artistes, ils tuera les vendeurs de disque, des artistes, il y en a toujours eu et il en aura toujours, c’est de business qu’il s’agit ici.

  3. pour installer spotify sur ton pc au boulot (je suis passé par là), crée-toi un compte dropbox, installe spotify dessus et synchronise ton pc au taf (tu peux en plus choisir de ne synchroniser que les dossiers sur tu veux). Pratique, et ça marche en plus.

  4. Sans vouloir alimenter aucun débat, spotify et Deezer ne me servent qu’en soirée pour passer les musiques qui plaisent aux gens qui m’entourent. Et j’organise pas plus de 10h de soirée par mois, donc tout va bien!

    Pour le mètre 70, je peux toujours te prêter mes talons!

  5. 10 euros par mois Ca fait qd mm 120 euros par an! Pour un trentenaire ca passe peut être mais pour des étudiants qui bossent déjà pendant toutes leurs vacances, plus les samedis, plus certains soirs après les cours pour se payer les études, les polycopiés, les fournitures, le loyer, les assurances, la sécu et tous les autres frais obligatoires, Ca fait beaucoup trop. Tu n’as pas l’air de connaître les fins de mois difficiles, tant mieux pour toi mais fais l’effort de réfléchir a tout ca avant de critiquer ouvertement. Évidemment il nous reste la radio, mais elle ne permet de mettre en valeur les « petits » artistes a la dèche.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *