Les chevaliers du fiel, un humour sud ouest

Depuis hier, je suis dans mon pays et je revis. Enfin du calme, plus de stress, plus rien, je suis zen. Même si le retour a été une véritable épreuve mais je raconterai ça demain, histoire de rajouter une nouvelle page au dossier « j’ai la lose ! »

sud-ouest.png

Hier soir, ma mère me propose de regarder un DVD avec eux, j’avais au choix Millenium, éliminé car trop long. Il faut savoir que mon voyage en train ne m’ayant pas permis de finir ma nuit comme à l’accoutumée (il part à 7h54, parfait pour roupiller une partie du trajet), j’étais un peu claquée genre à 18h30, enroulée dans une couverture, je me suis légèrement endormie en lisant mon magazine.  Nous avions aussi au choix Première Etoile, une comédie française qui est « dans la lignée de Rasta Rocket ». Autant petite, j’avais adoré ce film (pas revu depuis, je sais pas si j’aimerais toujours, tiens), autant un Rasta Rocket version française, ça me fait un peu peur, malgré le mec qui a l’air beau gosse sur la jaquette (à vérifier sans lunettes de soleil). Du coup nous reste le dernier spectacle des Chevaliers du Fiel « La brigade des feuilles ».


les_chevaliers_du_fiel_la_brigade_des_feuilles.jpg


En regardant le spectacle qui m’a bien fait rire (il tape pas mal sur les syndicats, ça devrait plaire à quelques uns…), une question surgit : mais comment ces mecs là peuvent marcher en dehors de Midi Pyrénées ? La plupart des vannes concernent les bleds d’ici à part une référence à Narbonne qui est en Languedoc mais qu’on connaît tous puisque c’est la première plage que l’on croise en partant de Toulouse (une heure et demie, ça fait rêver hein ?). Par exemple vanne sur Rodez ou Millau que vous connaissez sans doute de nom (Millau, vous avez intérêt, avec le viaduc, quand même). Par contre Caussade ou Labastide St Pierre, je suis moins sûre. Oh, je sais ce que vous vous dites à part vous, avoir une maison secondaire à Labastide St Pierre, ça doit être sympa tellement ça sonne bien.  Perso, les seuls souvenirs que j’en ai ne sont plutôt pas bons (ma cousine et sa famille y vivaient quand nous étions petites et y avait un sale chien à côté, genre mini chien teigneux, qui venait toujours aboyer quand on allait chez ma tante et je le détestais) . Mais ouais, le nom sent bon le sud, c’est vrai.

Caussade.jpg

Et je ne vous parle pas du sketch de la chanson en patois. Même moi, j’ai été un peu larguée alors que mes parents se roulaient par terre de rire. Oh, je pourrais pleurer  sur le fait que c’est encore une langue qui va se perdre. Imagine, lecteur, si j’avais su parler le patois… J’aurais maîtrisé la langue de mes ancêtres, celle de ma génération (on va dire le verlan. J’ai droit, je suis pas musulmane*) et il fut une époque où je gérais incroyablement bien le sms. J’ai un peu perdu depuis mais sa revi1 vit (lol). Enfin, je m’égare, je me rêvais pont entre les générations. Donc pour en revenir à mon histoire de Chevaliers du Fiel, je me demande si c’est facilement exportable. J’avais vu leur spectacle « L’assassin est dans la salle » sur Paris Première donc manifestement oui. Après tout, peu importe qu’on soit déjà allés ou non à Caussade ou à Rodez, on peut comprendre ce qu’il se trame derrière. On pourrait remplacer par Berck ou Sainghin en Mélantois (si, ça existe) et on comprendrait de suite mieux. Evidemment, je ne suis pas certaine de l’effet comique du coup vu que nos amis ont quand même un accent du sud bien audible, ça pourrait créer un décalage étrange… Un espèce de bienvenu chez les chtis bis… Heu non…

bienvenue-chez-les-ch-tis.jpg


Bref, tout ça pour dire que me voici de retour dans mon pays et j’ai déjà envie de dire que je ne reviendrai jamais à Paris. Ce qui est faux bien entendu mais quand je vois à quelle vitesse je me suis toute détendue… Et ça va durer  quasi jusqu’en 2010.

* Pour les 3 excités du fond qui googlisent les mots du genre « musulmane » ou « immigration » ou que sais-je encore juste pour venir crier au racisme, je précise que le contenu de cette parenthèse est une référence à une actualité

No related content found.

Rendez-vous sur Hellocoton !

6 réflexions sur “Les chevaliers du fiel, un humour sud ouest

  1. Héhé, il se trouve que je connais à la fois les Chevaliers du fiel, Caussade, Sainghin en Mélantois (ben oui, j’habite Lille…) et que donc ce billet me fait bien rire.
    Bienvenue chez les Ch’tis a fait rire partout en France. Mais pas toujours aux mêmes passages du film… Il y a certains gags (notamment le gag « j’vous appelle et j’vous dis quoi ») qu’on n’apprécie vraiment que si on sait parler un peu ch’ti 🙂
    Bon, réserve le soleil, je descend le 24.

  2. Les chevaliers du fiel, même si ce n’est pas vraiment ma tasse de thé, me rappellent encore la fameuse chanson, raccord avec le post du coup : « je t’ai rencontré du coté de Narbonne, je t’ai trouvé vachement … »

    Pour l’aspect régional de leur humour, j’aurais pensé que l’effet accent du sud fonctionnait mieux avec les gens qui ne le partagent pas justement.

    Ca me rappelle d’ailleurs que chaque année nous avions droit dans l’ile de la tentature à l’abruti macho de service avé l’ascent qui se comportait comme le dernier des connards pour venir donner des leçons derrière, cliché quand tu nous navres.

    Chiche pour un post entier en verlan sms patois ? 🙂

  3. je vois ce que tu veux dire quand tu dis que tu ne remonterai plus à Paris, si tu pouvais, car tu te détends bien vite chez toi dans le sud…
    combien de fois, j’ai éprouvé cette sensation..

  4. Ah ah, Sainghin en Mélantois. J’ai grandi pas tres loin dans un autre patelin tout aussi obscur. En France tout le monde a plus ou moins des racines paysannes alors les blagues de clocher ca fait rire, meme si on ne connait pas LE clocher dont il est question. On en connait un autre juste pareil.
    Et on finit toujours par retrouver quelqu’un qui partage vos racines. Ca fait 15 ans que je vis aux Etats-Unis. Un jour, j’etais en vacances a Las Vegas, et la voiture devant moi arborait une plaque d’immatriculation personnalisee « Lille59 ». Ni une ni deux, au prochain feu je m’arrete a cote du type, lui fait signe de baisser sa vitre et je lui demande « Are you from Lille? ». Il n’etait visiblement pas francais mais sa femme, assise du cote passager l’etait elle. Elle avait grandi dans un village a 10 bornes du mien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *