Comment se préparer à l’avion

(article écrit avant mon départ et qui devait être publié pendant mes vacances mais j’ai pas eu le temps de gérer ça avant mon départ.
Demain, je commence à raconter mes vacances)

Donc voilà, je vais devoir prendre l’avion pendant 9h. 9h dans ma conserve volante, tuez moi. C’est ce que j’appellerais l’épreuve du feu : si je survis, je pourrai aller partout dans le monde. Je peux le faire, je peux le faire. Mais voilà, comme toute épreuve, il faut se préparer un peu, j’ai prévu le coup.


D’abord, quelques magazines bien féminins qui ne nécessitent pas l’ombre d’une réflexion. Je me suis privée de leur lecture en avril pour pouvoir les consulter dans l’avion, découvrir quelles sont les dernières tendances, les derniers problèmes sexo à la mode (toujours les mêmes à l’arrivée), les dernières anecdotes inventées par les journalistes qui nous racontent que Chloé, 27 ans, a rencontré un homme en la personne de son nouveau voisin à qui elle allait demander du sel. D’ailleurs, je suis fascinée par le nombre de nanas qui rencontrent l’amour sur le palier de leur appart. Ca fait 6 mois que j’ai emménagé et je n’ai quasi jamais croisé personne. Ca m’apprendra à toujours avoir du sel. Temps estimé de lecture de magazine : 2 à 3h.


Ensuite, je ne vais pas dormir la veille ou presque. Parce que bon, c’est pas tout ça mais je peux pas m’occuper pendant 9 longues heures enfermée dans un appareil, il me faut d’autres idées et qui est le meilleur allié de mon ennui : le sommeil. Temps estimé : 3h au moins, j’espère.  Histoire d’arriver sur place à peu près fraîche et fringante.


Entre temps, nous avons une collation et un dîner, une heure de gagnée.

Pour le temps qu’il reste, j’ai d’autres trucs dans ma besace magique. En un, un livre de sudoku. C’est super le sudoku, ça occupe la tête. J’ai aussi mon petit ordinateur, mon netbook comme on dit : léger, facile à transporter et surtout je vais pouvoir écrire un peu. Peut-être que je vous ferai un « en direct de l’avion, j’ose pas aller faire pipi ». Parce que quitte à être dans la peur stupide et irrationnelle, j’ai toujours l’impression que si je bouge, ça va déséquilibrer l’appareil. Ridicule et surtout, ma vessie ne tiendra jamais 9h. Donc il est fort possible que ce voyage marque une première pour moi : j’ai marché dans un avion. J’en frissonne d’avance.



Enfin, j’ai choisi ma place : à côté d’Alice et Anthony. Outre le fait qu’Alice sera bien achalandée en magazines aussi, je serai surtout assise à côté du duo comique. En gros, Alice aime autant l’avion que moi et elle veut toujours prendre la main d’Anthony au décollage. Mais celui-ci ne veut pas lui donner et l’empêche de la prendre pendant toute la phase de décollage. Encore mieux que le film qu’on pourrait nous diffuser.

Evidemment, vu qu’on part avec Air France, il est tout à fait possible qu’on ait des films diffusés dans l’avion mais mon père a émis un doute à ce sujet, rapport au fait qu’on partait dans un boeing. Il me semble que les Boeing ont également ce genre d’équipement. Avec de la chance, je pourrai donc m’occuper avec un délicieux nanard que je vous narrerai avec sarcasme et ironie dès mon retour.



En attendant, j’attends quand même avec impatience la fin de ces foutus trajets.

No related content found.

Rendez-vous sur Hellocoton !

8 réflexions sur “Comment se préparer à l’avion

  1. Il y a des vidéos sur tous les transatlantiques. Ça permet de s’occuper. Le seul problème c’est qu’ils tournent en boucle et on peut pas choisir quand ça commence ni mettre sur pause :'(
    Sans oublier que c’est généralement les mêmes à l’aller et au retour

  2. Eh ben, ça a l’air compliqué de prendre l’avion avec toi…

    Pour moi, c’est plus simple: Je prends l’avion et espère que le pilote ne fasse pas de conneries lors du décollage ou de l’atterissage. Puis j’essaie d’avoir une place près des hublots car parfois on voit défiler lentement aussi des paysages jolies et/ou près des sorties d’urgence car je peux mieux étendre mes jambes car quand on mesure plus d’1,8 m…

    Il y a aussi certaines compagnies ou il y a des écrans individuelles en « cattle » class. Faut juste bien choisir sa compagnie… Pour lire, je prends plustôt des journaux ou magazines que je n’arrive normalment pas à finir…

    Il m’est arrivé aussi 2x lors des vols de nuit de m’endormir et de me reveiller à mon étonnement avec la tête de la jolie fille aussi endormi à coté de moi sur mes épaules (idée pour ta serie sur comment Où trouver l’homme? (rire))…

  3. Bonjour, Nina! Je me permets de te laisser un commentaire à propos de ton voyage en Martinique.Tu étais donc dans ma charmante île, entre ces 2 et 9 Mai.
    J’espère que ces pluis torrentielles n’ont pas trop trop gâché tes vacances et que tu les as quand même appréciées.

  4. J’avais trouvé l’amour sur mon palier…mais si possible j’éviterai cette galère la prochaine fois car gérer un ex dans le même immeuble(voisin du dessous) pfiou c’est dur!!!!
    et sinon oui très souvent il passe des nullités dans les avions… en tout cas j’ai hâte de lire la suite de ton voyage en Martinique! Bisous

  5. Fallait me demander, je t’aurais dit que dans les gros navions c’est de la VOD! Petit conseil: prends une compagnie étrangère la prochaine fois, Singapore Airlines ils te passent dans l’avion des films qui sont encore en salle en France!

  6. Eh oui, les phobies… Tu sais, il y a certains compagnies airiennes qui se font des sous avec les gens qui ont ta phobie. Je ne sais pas si AF en fait partie car je ne suis pas concerné…

    Oulala, si tes jambes touchaient déjà siège avant, que ça aurait été pour moi alors… Tu n’fais probablement pas 1,8 m ou plus, non ? En largeur ça va en régle générale si je n’ai pas quelqu’un très large à coté de chez moi…

    Bah, en te mettant à coté de ta soeur, tu a volontairement limité ta chance de rencontrer quelqu’un de beau du sexe opposé (rire). Je n’ai d’ailleurs pas dit que ta soeur n’était pas jolie, bien que je ne la connais pas!

    Je suis allé en Martinique et je trouve l’île comme la Guadeloupe d’ailleurs très belle. S’il y avait seulement des habitants plus aimables… J’ai pris par exemple des gens gens en stop avec ma voiture dans des coins un peu isolé. Quand ils voulaient décendre ni sourire, ni merci. J’ai bien voyagé et pris aussi des gens en stop mais ça ne m’est arrivé qu’aux Antilles. Certes, ils ne sont pas obligés de me raconter leur vie ou faire des sourires hypocrites comme aux USA souvent mais quand même… Je crois, si je retournerais dans ces jolies îles, je laisserais ces gens faisant du stop au bord de la route… Désolé, d’être négative ici mais ça m’a vraiment marqué et pas qu’une fois…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *