De désillusion en dépression





Fin de l’été. Le super power point que j’ai envoyé à Jeanne Baron et à mon big boss est accueilli dans un silence assourdissant. Mon mail est-il parti directement à la poubelle ? En attendant, je n’entends plus parler du projet.




C’est là qu’arrive une conférence interne à laquelle big boss veut qu’on aille concernant un site Internet. Le monsieur parle, je prends des notes sans m’endormir, c’est pas si  mal. Fin de la conférence, on pose des questions, je prends la parole pour évoquer la responsabilité juridique des hébergeurs car on ne peut pas toujours se cacher derrière le « mais c’est pas moi, ce sont les flux que j’héberge » comme pour l’affaire Fuzz où le responsable du site, Eric Dupin, a été attaqué en justice par un acteur bientôt oublié car un
blogueur avait raconté sur son blog que ledit acteur était revenu en couple avec une chanteuse et que cet article avait été mis en lien sur Fuzz. Finalement, l’acteur a perdu. Question compliquée, j’explique que sur TMF, il nous est arrivé d’être mis en demeure d’effacer des messages diffamatoires sous peine de poursuites judiciaires, par exemple et nous avions une responsabilité à avoir laissé ces messages, en gros.



Quand je rends le micro, je constate que Jeanne Baron est assise à quelques rangs devant moi et me scrute. A son tour, elle prend la parole et là, crucifixion : « Oui, nous, avec TMF, on travaille actuellement sur un projet avec des blogueuses, on avance bien, blablabla ». C’est ce qui s’appelle un camouflet magistral. A ce moment là précis, bouillant intérieurement, je décide de créer un blog anonyme pour raconter toutes ces vexations permanentes, ces gifles symboliques et douloureuses que j’appellerais « journal d’une future
démissionnaire ». Ne le cherchez pas, je ne l’ai jamais écrit, des fois que… Mais elle savait qui j’étais, elle savait que j’avais fait des propositions pour ce projet et que j’étais dans la pièce et je me prends cette bombe en plein figure. Je reste digne, je ne pleure pas. Mais je commence à me dire qu’il va être temps de me bouger les fesses.

Octobre, je pars une semaine en vacances chez mes parents, j’en ai besoin. Des vacances qui ne sont pas tout à fait reposantes vu que ma grand-mère est à l’hôpital pour une opération de la vessie et qu’on découvre un premier cancer, soit disant bénin. A peine un mois plus tard, elle était morte. Le vendredi, je mets en pseudo Facebook un truc du genre : « je veux pas rentrer » et Simon commente mon statut : « et encore, tu ne sais pas ce qui t’attends ». Je prends ça à la rigolade.

Le lundi, me voici de retour au travail, je m’installe, traite mes mails, réponds à ceux qui exigent une réponse, commence à bosser quand Simon m’annonce
: « Bon, Nina, voilà, tu risques de perdre ton plus gros site, TMF.com

– Hein ? Pourquoi ?

– Et bien Jeanne (la rédac chef de TMF.com) m’a appelé la semaine dernière et ils vont embaucher un community manager sur TMF.

– Mais… tu me fais marcher ?

– Non…

– Mais si toi, tu récupères Gossip (ce qui était plus ou moins annoncé), il ne va me rester que Joséphine…

–  Non mais tu garderais peut-être les forums de TMF, c’est pas clair… »

Je suis blanche, je suis tremblante, je ne dis plus rien, je me concentre très fort sur mon écran pour ne croiser ni le regard de Simon ni celui de Ioulia. Je suis tellement furieuse, blessée que je suis vraiment prête à pleurer. Je me précipite sur ma boîte mail perso pour écrire un mail en urgence à Vicky, il faut que je déverse un peu tout ce qui est en train d’exploser en moi car sinon, je vais vraiment
pleurer. Et non, il est hors de question que je pleure au bureau, j’attendrai d’être chez moi pour le faire.

Ce jour là, j’ai compris : c’est démission ou dépression. Le soir même, je passais la soirée sur Viadeo à trouver de nouveaux contacts et à parfaire mon parcours, j’ai rempli mon profil LinkedIn, j’ai remis mon CV à jour. Va falloir que je me casse et vite.

No related content found.

Rendez-vous sur Hellocoton !

8 réflexions sur “De désillusion en dépression

  1. ça n’a rien a voir mais j’ai bien « kiffé » le blog it express de l’ado bloggeuse …ou sont les djeuns filles d’antan… ?
    signé marcel
    ??
    ??
    marcel quoi
    ??
    ben Proust

  2. Et ben… moi qui croyais que tu te plaisais dans ton job. Mais j’attends la suite encore, car cela date d’octobre, je pense qu’il s’est passé plein de trucs entre temps!

  3. j’ai envie de dire qu’ à ce niveau là, le choix de la démission s’impose de lui même. Faut pas non plus se bousiller la santé. Enfin plus facile à dire qu’à faire.

  4. rha comme je te comprends…c’est un peu mon cas en ce moment…enfin pour les petits commentaires venant du boss, dès fois j’ai envie de l’insulter…grrr, j’ai hâte de connaître la suite (encore!)…ah je suis tombée sur ce blog en cherchant des gens qui racontaient comment ils ont démissionné :p

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *