Où trouver l’homme ? Episode spécial : mais où se cache Nina ?

A la recherche du prince charmant
Recommandé par des Influenceurs

La semaine dernière, j’ai reçu un mail d’un fidèle lecteur sur Facebook qui me demandait quelle était la part de fiction et de réalité dans Où trouver l’homme, notamment sur le fait que dans ces articles, je ne faisais jamais le premier pas. Amusant, avant qu’on me le dise, je n’avais jamais remarqué.


Quand Nina drague dans où trouver l’homme, c’est souvent : « je me redresse, seins en avant, cheveux au vent, sourire ultrabright et j’attends qu’il me remarque ». Pas du tout femme indépendante des années 2000, tout ça. Au départ de la série, j’envisageais plus de décortiquer les lieux de drague sans qu’il ne se passe rien puis à force, je me suis dit qu’il serait sympa d’égayer un peu l’histoire en y intégrant des personnages comme Fabien, Tatiana… Histoire de rendre le tout plus réaliste, que ça fasse vraie histoire de la nana qui cherche l’Homme.  Tout en étant globalement une belle loseuse.

Mais pourquoi est-elle aussi passive ? Parce que dans ma vraie vie, je ne drague pas, en fait. Non, je séduis comme on dit et ça prend un peu plus que trois longueurs de piscine, une descente au ski ou un cycle de machine à laver. Oui, je mets plein de liens pour que les
nouveaux arrivants lisent les anciens épisodes, je suis diabolique, hin hin hin ! Ce n’est pas par timidité, je l’ai perdue en même temps que mes dents de sagesse, à peu près. En fait, c’est un faisceau de plusieurs choses.


En premier lieu, quand je suis à l’extérieur, peu importe où, je ne suis pas très attentive aux individus. D’abord par myopie, ensuite pas distraction et rêverie. Quand je prends le métro, je suis soit en train de lire, soit perdue dans mes pensées. Quand je fais des longueurs de piscine, je suis en train de réfléchir à plein de trucs…et à mater les mecs, ok, mais je n’ai aucune chance au vu de ma propre tenue et il est hors de question que je m’arrête pour draguer, je dois nager tant et si je m’arrête, je perds le rythme. Parfois, il m’arrive de repérer un beau garçon mais c’est une considération esthétique plus qu’un désir qui naît. Il est séduisant, j’enregistre mentalement son visage et ça en reste là. Mais pourquoi ? Parce que je suis une jouisseuse cérébrale.

C’est un fait, un mec qui ne me fait pas rêver sur le plan intellectuel (au sens très large du terme) ne m’intéresse pas. J’y peux rien mais j’ai besoin de sentir que le mec qui me parle est brillant, intelligent et cultivé pour avoir envie de le mettre dans mon lit et que nous ayons certaines connexions intellectuelles. Il m’est déjà arrivé de coucher,avec des mecs avec qui j’avais très peu échangés, ça a toujours été un fiasco sexuel. En général, une fois partis, j’avais plus du tout envie de les revoir. Des fois, ça le fait même avant le
premier baiser, j’ai envie de disparaître tellement je ne me sens pas à l’aise avec le monsieur. Alors avoir envie de me mettre toute nue devant lui pour qu’il remplisse mon vase de son tuyau,,non, non, sans façon.



Donc le bel inconnu ne me séduit pas par son simple physique, j’ai besoin de plus. Or que sais-je du bel inconnu en dehors de son esthétisme qui me plaît. Est-il disponible pour commencer ? Est-il même Français ? Ce n’est pas que je ne veuille pas coucher avec des étrangers mais là, mon personnage cherche une relation durable et si Bel Inconnu n’est là qu’en touriste, ça va être compromis. Même pas dit qu’on trouve une langue pour communiquer. Ce qui peut être excitant pour le coup. Oui, l’exotisme, ça agite ma jouissance intellectuelle.



Au delà de sa disponibilité et du pays dans lequel se trouve sa résidence principale, reste donc l’énorme problème de la compatibilité de personnalité. Avons-nous quelques points communs ? Des centres d’intérêt à partager ? Tout simplement quelque chose à se dire ? Parce qu’en toute honnêteté, je peux trouver un beau mec tout à coup plus du tout attirant juste parce que je n’aime pas sa personnalité. Et l’inverse est vrai, parfois. Il faut un équilibre entre les deux. Oui, je vais pas mentir en disant que le physique ne compte pas mais il n’est pas essentiel.

Alors forcément, comme je ne drague pas et que je vois rarement un mec qui me plaît de prime abord car je suis difficile (en plus) et craque souvent sur un physique particulier où on retrouve un visage mal rasé, un profil magnifique et un regard intense, il est vrai que j’en rajoute un peu. Je pars de situation que j’ai vécues, en général, comme la laverie ou le cybercafé récemment mais dans ces deux lieues, je n’ai vu personne qui me plaisait. Je dirais même : je n’ai réellement vu personne car je n’ai pas vraiment fait attention.

Maintenant, il arrive que j’utilise des éléments réels de ma vie pour les mettre dans ces histoires. L’histoire Fabien est un mix entre une histoire arrivée à une amie et une des miennes. J’ai fait un article sur la laverie car j’ai eu l’occasion d’y aller tout comme au cybercafé aux petites heures de la journée (et ce fut dur). Mais globalement, mon seul but est de raconter la quête effrénée de l’Homme par une nana qui n’a pas de chance et s’y prend de plus comme un manche en utilisant des lieux que nous connaissons tous.

Rendez-vous sur Hellocoton !

10 réflexions sur “Où trouver l’homme ? Episode spécial : mais où se cache Nina ?

  1. plus que les compatibilités et points communs je pense que c’est le moment le plus important. tout a beau être réuni ça ne se fait pas parcequ’il faut aussi et surtout être dans la bonne configuration mentale, ne serais ce que parceque, et tu l’as très bien dit, suivant comment on se sent dans sa peau, on ne voit tout simplement pas les autres.

  2. Je ne drague pas , je séduis… Phrase que je déclame pour me déresponsabiliser ( je ne parle pas pour toi, ma nina) Phrase qui me sert à combler mon inneficacité dans le jeu de la séduction. Je ne drague pas, j’envoute. Pour moi c’est la même chose. Etre séduit est une passivité, on ne peut pas s’y opposer, seulemtn en donner l’apparence. Je sais que je te saoule avec cette phrase ma Nina mais pour moi elle est l’essence de tout. cette phrase que Audrey Tautou déclame ds « Hors de Prix » :
    « On peut resister à la beauté mais pas au charme »

  3. le moment n’empêche t il pas, ne cache t il pas, une personne et qui il est? des fois je me dis que mon coté déçu permanent et révolté de l’existence ça n’est qu’un moyen de se protéger, et je retrouve ça malheureusement chez trop de personnes.
    ça crée des situations de solitude qui n’ont pas lieu d’être en théorie.

  4. ouais en effet c’est un schéma typique du cercle vicieux. pour ma part je pense qu’il y a aussi des personnes, et j’ai bien peur d’en être, qui ne sont pas finies émotionnellement.

  5. autre débat que celui du couple, je reste convaincu que ce terme là et l’amour ça n’est pas du tout la même chose, mais pour la peine c’est un sujet où je suis sans doute trop passionné (pour ceux qui ont déjà eu le malheur de me lire).

  6. Ouaaaah je suis touché…et comblé car c’est ce que j’attendais (en partie, vu qu’il reste toujours l’histoire du concours…hihihi)

    Ceci dis je partage beaucoup de tes points de vues. déjà le coté fiction, pas de problème c’est avaliser, il faut que l’héroine soit un peu gauche. déjà ça fait durer les épisodes. parceque sinon elle se range en deux coup de cuillère à Flamby (pour démouler c’est plus rigolo) ou alors c’est une sérial loveuse, et là on perdrait le charme de ta série.

    donc voilà, et ta réponse pour le reste m’éclaire tout à fait et me satisfait. et je comprend mieux comment ton inattention de fait, et de volonté, font que tu es encore célibataire…

    en tout cas merci, et je suis sur qu’un jour « les » Nina rencontreront le bon et nous feront pleins de beaux enfants…

    encore merci (lecteur comblé)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *