Où trouver l’homme ? Episode 28 : une nuit sur son épaule

[O toi qui vient de débarquer sur nos pages, sache que tout ceci est fictionnel. Même si ça me ferait bien plaisir d’aller dormir chez un homme vu que moi, je squatte le canapé en attendant qu’on me livre mon lit]

A la recherche du prince charmant

Le lendemain soir, nuit chez Fabien au programme donc je prends mes petites affaires genre trousse de maquillage, démaquillant et brosse à dents et c’est parti. Arrivée dans son quartier, je lui passe un coup de fil mais il ne répond pas. Bien… Que faire ? Je vais me poser dans un café et fait mine d’être détendue mais dans ma tête, c’est reparti pour le film d’horreur : « il en a rien à faire de moi, il a juste voulu tirer son coup, il s’est bien foutu de ma gueule, bouhouhou! ». Au bout d’une demi-heure, je rappelle et là, ça décroche : « Oh, je m’étais endormi et j’avais laissé le téléphone sur silencieux ». Je crois que j’ai trouvé pire que moi en matière de « je n’aime pas le téléphone ».

Une fois chez lui, on discute, on boit un verre, on s’envoie en l’air de façon divine. Parfois, je capte un de ses regards qui part au loin mais je ne m’inquiète pas, ça arrive. Le lendemain matin, pendant que je m’étire dans tous les sens, le voilà qui part nous acheter des croissants pour un petit déjeuner royal. Je suis la reine du monde, il n’y a pas à dire. Oui mais je sens comme une tension, une distance, je ne suis pas sûre de saisir… Il y a un bémol dans tout ce bonheur mais je ne saisis pas où exactement. Donc comme je suis une grande fille, je pose la question :

« Ca va ?

– Oui, oui.

– Je te sens un peu loin.

– Oui… Tu sais avec mon ex, ça fait pas vraiment longtemps qu’on s’est séparés et je sais pas trop… »

Et vlan ! Le coup de l’ex, je ne l’avais pas vu venir mais ça fait un peu mal à la mâchoire, quand même. Bien, respirons un grand coup, ne paniquons pas, il est temps de dédramatiser un peu la situation.

« Mais tu sais, il ne sert à rien de se poser des questions pour le moment, on n’est pas encore fiancés, tu sais, hihi ! »

Je sens que j’ai été un peu faible sur ce coup. J’espère qu’il n’a pas compris que je souhaitais une « open relationship » comme ils disent sur Facebook parce que bon, je cherche un peu le père de mes futurs enfants (que ce pluriel paraît ambitieux tout à coup) dans cette histoire…

On termine le petit déjeuner dans une ambiance légèrement pesante mais au moment de se quitter, c’est un déluge de baisers et de câlins et une promesse : « je t’appelle », susurré à l’oreille. Il semble donc que la crise soit passée et que je me sois inquiétée pour rien.

Le soir, pas de nouvelles mais normal : il ne faut pas qu’on soit trop fusionnels, je n’aurais pas appelé non plus. Le lendemain soir, mon sourcil gauche commence à se lever  mais je me raisonne : nous sommes en tout début de relation, faut se ménager des moments de solitude pour mieux apprécier nos retrouvailles. Le troisième jour, je commence à bien comprendre que quelque chose ne va pas et c’est parti pour un « bouh, je suis moche, personne il m’aime et je finirai mangée par mon chat ! ». En prévision, je noie mon désespoir dans un peau de Haagen Dazs histoire que mon chat puisse tenir suffisamment de temps avant qu’on retrouve mon corps rongé. Même s’il est vrai que Kenya ne mange pas beaucoup[quoi que depuis le nouvel appartement, elle mange beaucoup plus et je suis en panne de croquette, d’ailleurs]. Le quatrième jour, j’entame le « tous des connards », je balance régulièrement mon téléphone à travers la pièce car il refuse de sonner (ou alors ne sonne pas avec la bonne sonnerie, celle qui fait « sexy back », attribuée aux hommes torrides de mon entourage), je me demande s’il est raisonnable de se saouler seule pour oublier ou si c’est le comble du pathétique. Non, c’est pathétique, mieux vaut reprendre de la Haagen Dazs. Même si en hiver, ça me donne encore plus froid.

Au bout d’une semaine d’un silence radio assourdissant, le rebond. Non mais il se prend pour qui ce connard ? Il croit qu’il a droit de me traiter de la sorte ? Mais je suis de la formule 1 de la bonne femme, moi. Il n’en trouvera pas deux comme moi. Je n’étais que du caviar donné à un porc dans cette histoire. Et s’il n’est pas assez intelligent pour saisir l’incroyable chance que je lui offrais d’être sienne, un autre la saisira.

La semaine prochaine, je repars sur les sentiers de la séduction.

NdelaBloggeuse : Je tiens à préciser que cette histoire, bien que fictive, mêle une histoire que j’ai vécu et une mésaventure d’une amie donc inutile de me faire remarquer en comm que je fais dans le cliché facile. Les hommes disparaissent parfois en plein conte de fée.

No related content found.

Rendez-vous sur Hellocoton !

20 réflexions sur “Où trouver l’homme ? Episode 28 : une nuit sur son épaule

  1. Oui j’ai eu des Fabien, et j’ai cru comprendre que beaucoup d’entre nous en ont eu ;). Mais pourquoiiii? Profitons de cet article pour décrypter ce qui se passe dans la tête des Fabien!

  2. héhé c’est amusant tout ça, j’ai explosé de rire sur le truc sur la sonnerie sexy back atttribuée aux mecs torrides. hé je m’appelle pas F pour rien, j’ai déjà fait ça, c’est juste le sentiment d’insécurité mesdames, c’est pas toujours facile de partager.

  3. Oh oui, on en a eu ! Je ne dirais même pas des tonnes, au moins on se serait bien éclaté ! Non, juste quelques unes.

    Genre « tu sais, machin, il m’a rappelé, on s’est revus hier soir ».
    Ou (quelques années plus tard) « tu sais, mes gosses comprendraient pas ».

  4. Non moi quand j’ai fait mon fabien, j’ai été correct dans un certain sens, je ne lui ai pas dit « je te redonne des nouvelles vite », je n’ai juste jamais donné de nouvelles…Bon ok, j’en suis pas très fier, mais bon elle en tenait une sacré couche elle aussi. On fait parfois des conneries…

  5. Ben en fait, c’est peut-être parce que je déteste les relations d’une nuit, alors quand je couche avec une fille, même si je sais par avance que ça ne va pas forcément durer longtemps, ça suppose toujours que l’on se donne des nouvelles. Sauf pour le cas de cette fille, qui m’avait vraiment saoulé 🙂

  6. Il y a le Fabien qui couche et le Fabien qui allume (maisaussi des Fabienne)! Celui qui couche parfois s’enfuie lâchement sans lendemain qui chante.Mais qui n’a jamais rappelé l’autre? Des fois ça nous arrange aussi.
    Ou alors nous rencontrons celui qui allume pour moi le pire des deux. Celui qui allume et s’arrête du jour au lendemain sans justification. Pourquoi le ferait-il se dit-il puisqu’il continue à s’alimenter par des discussions d’un ton plus distant et cassant en espérant que la gourde mettra le moins de temps possible à comprendre. Et ce jeu, il le rallume ailleurs. Ce Fabien s’en sort toujours;où est le mal puisqu’il n’a rien promis ?
    Certaines Fabienne aiment aussi jouer à l’allumage. Que faire ? sinon attendre qu’un jour une ampoule venue de nulle part reste en permanence allumée et là on n’y croit plus! Où on aimerait qu’elle s’éteigne car ça nous arrangerait bien. Pas simple les lendemains hein et que de souvenirs;-)

  7. Ah, le Fabien, on l’a toutes connu je crois ! Je rejoins les autres commentaires, ça serait bien que ces messieurs s’expliquent sur la technique du silence radio, certaines une des plus méprisables qui existe.
    Sinon, par rapport au texte, les handicapés du téléphone c’est très chiant, j’ai connu quelqu’un qui adorait couper le sien tout le temps, ou le mettre à l’autre bout de son appart, ou bien mettre un casque sur ses oreilles (il fait de la musique), ce qui fait qu’il n’entendait pas la sonnerie. Ayant mon portable greffé sur moi, et allumé 24/24h, j’ai du mal à comprendre …

  8. My toutou lui dès qu’une belle Golden lui tape à l’oeil d’un mouvement de queue et d’un joli frottement de truffe lui fait sa cours, puis l’acte terminé d’une jolie pirouette la remercie et puis c’est tout ! Grandiose non? aucune prise de bec aucun préliminaire et s’ils se revoient et bien s’en donnent à nouveau à coeur joie !
    Ouais mais bon vraiment à bien y réfléchir cela deviendrait un beau bordel chez les humains;-) Your cat lui il fait comment ?
    Oh sorry je dois te quitter mon Fabien vibre sur my mobile ! Just par plaisir et pour nous en faire profiter pourrais-tu nous mettre en ligne la sonnerie des hommes torrides p

  9. aaRrrrghh mon dieu ce ne fut donc qu’un gros cliché?
    Oui, on m’a fait exaaaactement la même, (enfin sauf que même pas eu le tps de coucher avec, ppfff….) genre énooooorrrme alchimie, on passe des heuuures à parler de choses passionnantes, on se plait, on se le dit et puis…..pouf, l »ex qui revient. Non mais franchement, qu’il y a t’il de plus pourri que les ex?
    L’est trop horrible , ton histoire, Nina, et j’e’spère que le connard va au moins se prendre une merde de chien dans sa boite aux lettres (minimum)

  10. Pour ma part, je n’ai connu que des Fabien ou des salauds.
    Le salaud c’est le modèle du gars qui te fait croire que tu es sa reine, te dit qu’il t’aime, t’emmène en voyage, te regarde les yeux noyés d’amour pendant plusieurs mois et qui disparait soit sans donner de nouvelles, soit en disant qu’il en aime finalement une autre (forcément gaulée comme une déesse, ce qui t’oblige à te planquer dans ton deux pièces cuisine parisien comme une pestiférée) , soit que en disant que tu n’es finalement pas la bonne, soit en disant que …
    Bref, j’en passe ^^

    Y’a aucune question à se poser, les mecs sont des porcs et leur seul but dans la vie est de tirer le plus meufs possibles avec leur minable petit spaghetti, histoire de se rassurer du mieux qu’ils peuvent, sur leur mesquine petite condition de vermiceau.

    Oui oui, je les hais pour ceux qui viendraient me tenir le couplet du « Maaaaiiiiissss naaaaaan ! Ils ne sont pas TOUS comme ça, voyons » ou celui que j’aime par dessus tout « Oh arrêtes d’être frustrée et aigrie ».

    Je ne fais qu’une conclusion, ma foi parfaitement lucide et intelligente de la question.

    Donc, cherches pas Nina, ce sont des porcs sans intérêt.

    La solution me diras tu ?

    Les traiter comme ils sont : Avec mépris et indifférence; profiter de la vie avec insouciance, faire sa carrière pour gagner plein de sous et s’acheter des roger vivier, louboutin, j. dreyfuss, dior and co. C’est pour ça que Dieu créa le luxe, pour nous permettre de compenser sans prendre un gramme.

    Fin de la leçon.

    ^^

  11. je note la tonalité humoristique et je prends ça donc à la dérision. mais blague à part on en a autant pour vous mesdames, c’est pour ça qu’on en arrive à des catch phrase à la Lucas : « les femmes aiment les connards ». bref les femmes aussi se conduisent super mal, dans un autre style peut être, mais wow y a des fois où j’te jure vous n’avez rien à nous envier bien au contraire.

  12. Eh oui, les rélations entre hommes et femmes sont souvent compliqués.

    J’en ai connu aussi des Fabiennes… Peut-être parce que je ne les ai pas poussés à coucher ensemble… Je ne suis pas quelqu’un qui pousse vers ça. Ce morceau de plastique apparemment nécessaire pour éviter d’attraper les SIDA lors des ONS est tellement casse pieds… Et comme j’ai déjà une autre maladie grave pas question de me chopper le SIDA en plus…

    Ca m’arrive aussi de terminer une rélation (amicale) de temps en temps mais j’essaie d’être correct en le disant éventuellement en donnant la raison. En règle générale des filles acceptent ça même si elles sont parfois un peu dessus…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *