A qui plaît-on ?

En ce moment, c’est l’été, la saison des amours et des hormones au plafond donc je parle pas mal séduction et sexe et sentiments. Mais bon, maintenant que j’ai trouvé du boulot, je suis pas sûre que le sujet chômage me botte. J’y reviendrai un jour, don’t panic. En attendant, je soumets à votre avis sagace une nouvelle interrogation : à qui plaît-on ?

mauvais-reflexe-en-seduction

Chacun a son style de personnes. Personnellement, si je fais un bilan de mes mecs passés, on retrouve régulièrement le brun entre 1m75 et 1m85 avec bouc, lunettes, yeux verts ou marrons et plutôt fin. C’est marrant, les filles complexent souvent sur leurs kilos en trop, les mecs, ce serait plutôt sur leurs kilos en moins. Bon, c’est le profil qui revient le plus souvent mais je suis sortie avec des mecs plus petits ou plus grands et certains un peu replets. Bref, il y a un profil qui revient souvent mais il n’est pas incontournable non plus. Mais si on sait qui nous plaît, n’est-on pas « condamné » (très entre guillemets) à ne plaire qu’à certaines personnes ? Après, les opposés s’attirent car qui se ressemblent s’assemblent. Bref, est-on attiré par le même style de personnes comme nous attirons à nous des profils toujours semblables ?

Si je regarde la liste de mes exs (amoureux ou amants), je constate qu’il n’y a pas vraiment d’unité : ils viennent de tous milieux, font toutes sortes de métiers, ont toutes sortes de diplômes, d’origines et même de religion. Accroche-toi pour trouver un portrait type là-dedans. Même si je ne garde que ceux avec qui j’ai été en couple (ou à peu près), je n’arrive toujours pas à dégager un profil vraiment type. Donc ma réflexion est vaine et fin de l’article ? Non, pas si sûr.

Je pense que notre éducation, les gens que l’on fréquente, le milieu où l’on évolue influe plus ou moins sur nos attirances amoureuses. Par exemple, moi, mon profil type, c’est un peu le mec ayant un bac+ (pas forcément beaucoup plus, hein), avec un côté intello (lunettes), plutôt issu de la middle class voire de la « bourgeoisie ». C’est-à-dire que le mec qui débarque de la té-ci avec sa casquette de traviole sur la tête et son jean au niveau des cuisses, ça, non, c’est pas du tout mon style. Déjà, le jean qui pend, ça casse tout. Quand j’étais en première année de fac, je m’étais assise par terre en attendant un cours quand arrive un ange : brun, mat, les yeux verts, les cheveux bouclés. La foudre commençait à traverser l’air quand j’ai remarqué le jean aux cuisses. Ben, l’ange, il m’attirait plus du tout. Il faut avouer que le style caï-ra rapeuse, hip-hopeuse et co, ce n’est pas mon style car ce ne sont pas mes références culturelles. J’ai grandi dans une petite ville de province (où y a des cités et des pas cools du tout, aussi) dans un établissement privé où je suis restée de la petite maternelle
à la terminale. Alors autant vous dire que les caï-ra, c’était juste les mecs qu’on croisait en ville et qui nous sifflait des fois, rien de plus. Arrivée à la fac, j’ai un peu coloré mon entourage (oui, des gens de couleurs dans mon bahut privé, y en avait trois, je pense) mais toujours des gens au style plus BCBG que star du rap. Bon, je prends cet exemple mais le style casquette-marcel, c’est pas mon style non plus, ni la raie sur le côté. La question est : si j’étais née mettons dans la cité de ma ville natale et que j’étais allée dans l’école publique voisine, mes goûts en matière de mecs auraient-ils été les mêmes ? Je ne fais pas du déterminisme social à deux balles, attention. Ce n’est pas parce qu’on naît et grandit dans une cité HLM qu’on va forcément épouser le look rappeur. De même que c’est pas parce qu’on grandit dans un quartier résidentiel huppé qu’on ne jurera que par Lacoste et raie sur le côté, c’est aussi une question de personnalité et, sans doute, d’acceptation ou de rejet du milieu dans lequel on naît et on grandit. Mais là, je fais un article de blog, pas une thèse de sociologie ou psychologie donc forcément, je dois faire des raccourcis. Donc je renverse la question. Si nous avons un système de valeurs et de références qui nous fait aller plus vers un type de personne qu’un autre, nous-mêmes allons attirer un type de profil plutôt qu’un autre.

Il est vrai que si le style beau gosse de la cité ne m’attire pas, je pense que globalement, la réciproque est vraie. Bien sûr que, comme toutes les filles, je me suis fait siffler par les bandes de mecs qui traînent aux Halles, ça tient plus du jeu que de la réelle drague. Je pense que savoir à qui on plaît peut aussi être un atout dans le jeu de séduction. Je ne pense pas qu’il soit souhaitable de se transformer de tout au tout pour correspondre à notre cible, il faut admettre qu’on ne peut pas réellement plaire à tout le monde, c’est comme ça. De toute
façon, si un mec est branché grande black, je vois pas bien ce que je pourrais faire pour correspondre à ses désirs : je pense pas que me tartiner la gueule au cirage et mettre des échasses soit un super argument vente pour séduire. Je pense même que ça peut faire peur. Et puis le cirage, c’est pas bon pour la peau. Seulement, évaluer dès le départ nos chances de plaire à un mec donné peut éviter de se faire des films et d’avoir à la fin le cœur brisé parce qu’on ne correspondait tout simplement pas à ce que monsieur aime. Des fois (souvent), ce n’est pas tant une question de physique que de personnalité : un mec beau aux idées fascisantes, c’est pas possible pour moi. De même que les mecs hyper prétentieux qui parlent très très fort de leur dernier coupé sport et co, je vais baîller en me demandant quand est-ce que cette foutue soirée se termine. Du coup, si moi, j’ai des critères, normal que le monsieur en face en ait aussi et qu’il ne trouve pas fascinant une nana assez girlie qui adore parler politique, relations internationales et relations entre les gens, qui se plaît à tout analyser et co.

Mais bon, à l’arrivée, si je vois qui me plaît, je sais toujours pas à qui je plais, moi.

Rendez-vous sur Hellocoton !

16 réflexions sur “A qui plaît-on ?

  1. 1m83, grand, brun, peau matte, regard ténébreux, bac+… Bon ok, j’ai pas de lunettes (je suis fier de mes très bon yeux) et je n’ai pas les yeux verts…

    Bon pour rien arranger, je suis avec ma copine depuis 1 an et demi, je dois être très jeune dans ma tête et dans mon corps pour toi (Tout juste 22 ans, et oui), et je suis actuellement à 100 000 Km de la France… (Et j’ai une orthographe infâme !!)

    Pleures pas ma jolie, c’était un beau rêve, mais tu en trouveras un autre… (Musique des feux de l’amour en fond sonore…)
    Bon allez, j’arrête de craquer moi, des chinois m’attendent ! Meuh à toi !

    PS : Et le Gabriel, il rentrer dans ton craquant de sélection ?

  2. slt ! excellent l’article…
    c’est vrai, ce serait tellement plus simple de savoir à qui l’on plaît. mais est ce que ce problème n’est pas sur le point d’être résolu avec les meetic and co?

  3. Tu as oublié Oedipe ! La recherche du père tout ça.
    Je pense quand même que les modèles masculins qui parsèment ta vie et ton éveil aux sens (durant l’enfance et l’adolescence) apportent des repères et des critères moraux ou physique. Que se soit en positif ou en négatif : je ne veux pas de tel aspect chez un homme, je veux tel trait.
    Ceci dit c’est de l’inconscient car je ne crois pas que l’on tienne en âme et conscience une check-list.

    C’est déjà bien que tu arrive à savoir ce qui te plait, et si un jour tu arrive à connaître les pensées des autres êtres humains fais toi Fakir !

  4. tiens c’est marrant que tu parles de ça car récemment on m’a sorti « ah mais ca m’étonnes pas que tu lui plaises, tu plais souvent à ce genre de mec » et la fille a pas été foutue d’expliciter sa pensée. Moi aussi jeme demande toujours si y a un style de mec à qui je plais, par contre moi je sais exactement quel style de mec me plait et de quels mecs je peux tomber amoureuse.

  5. Dis donc, je vois qu’il n’y a pas que moi qui me prends la tête !

    Maintenant, pour le détermlinisme social, même si c’est difficile à entendre, il est pourtant bien présent… On s’en rend compte un peu à la longue, qd on n’est pas d’accord entre le dernier block buster américain ou une expo, quand on ne trouve pas de point commun avec les amis de l’autre car on ne peut pas suivre les discussions, parce que l’un rêve d’un pavillon en campagne et l’autre ne jure que par les quartiers branchés du centre ville…

    De toute façon, no rencontre les gens dans les lieux que l’on rencontre alors, ça aide un peu à faire le tri tout seul, non ?

    Sinon toi et moi c mort Nina, blond aux yeux bleus, je suis hors stats ! 🙂

  6. Peut-être que tu me plairais à moi…
    Sinon je suis curieux de savoir quelle est ta ville moyenne bardée de cités ? Ca me fait penser à la mienne…

  7. gfExcellente réflexion qui, malgré les raccourcis évoqués, donne un avis pertinent d’une personne donnée. Mais peut-il être généralisable ? Peut-on affirmer que chacun à son style de mec ou de fille et que l’on plaît à un style de mec ou de fille ?

    Je ne suis plus vingtenaire depuis un moment et j’ai depuis fixé ma vie amoureuse. Mais cela ne m’empêche pas de regarder autour de moi et également de me faire (parfois) draguer. Et j’ai constaté une chose qui pondérerait tes propos auxquels j’ai longtemps souscrits : le temps passe. Car on évolue. Et le style de fille qui me plaisait a changé tout comme celui de celles qui s’intéressent à moi. Et d’ailleurs ça a tellement changé que je suis aujourd’hui incapable de les définir, ces styles.

    Le déterminisme social et Œdipe sont sans doute une base pour commencer, un socle pour bâtir ses premiers goûts, mais ils ne font pas tout. Et vivre durablement avec quelqu’un influence aussi beaucoup, soit en opposition, soit en ressemblance soit dit en passant.

    En conclusion sur ses rapides propos, je ne pense pas (plus ?) qu’on puisse catégoriser quoi que ce soit sur les styles qu’on aime ou à qui on plaît. Ce qui est vrai aujourd’hui sera peut-être différent demain et encore autre après-demain. On peut tenter l’exercice à un moment donné mais ça le rend très difficile, surtout pour le côté regard des autres.

    Bonne chance.

  8. Moi ce que je sais, c’est que je plais rarement à la nana que je target …
    Bon, il faut dire que je targetise soit des bonasses soit des têtes soit des folles, alors tout de suite elles appliquent leurs 1000 et 1 trucs pour m’envoyer ballader…Bien vu les nanas.

    Le pire c’est que la raison initiale qui me pousse à targeter ces objets de rêves est aussi une nana. Z’avez pas compris ? C’est pas grave…

  9. Moi, je sais quel est le profi de mec qui m’interesse….

    Attention, je vais en choquer là …

    Moi, mon style de mec, c’est le père de famille ….Celui qui va venir me dire qu’il a un boulot, de la thune, et souhaite des enfants.
    Après, les autres critères ….

    [ Bon zou, je vais aller me faire ma thérapie, je sais, j’en ai atrocement besoin …. ]

  10. Eternelle interrogation (surtout des filles). Je pense qu’il doit s’agir d’une attirance naturelle et inconsciente… les phéromones il parait, ces petites molécules odorantes !! à moins que ce ne soit tout simplement un simple regard, une intonation de voix qui nous charme. Pour ma part, le charme et le charisme de la personne jouent énormément dans mes relations avec le sexe opposé. Quel délice de voir que notre « parade » amoureuse ne laisse pas indifférente la personne désirée.

  11. Oulà qustion attirance moi je suis une vrai girouette!

    Tout peut m’interesser mais j’ai quand même des critères.

    Du genre j’aime que la femme soit attirante et bien en chair (jai les mannequins en horreur) même avec quelques kilos en trop c’st pas grave. Après il faut pas que ce soit un bonhomme de la téci! Bah ouai c’est comme ca J’ai envi d’être fière de ma femme à mon bras.

    Après c’est du feeling et il est clair que je peux me retourner sur une jolie demoiselle mais si il n’y a pas de feeling c’est mort avant même que quelque chose ait commencé!

    Je suis très proche de mon signe astro même si j’y crois pas beaucoup… Gémeaux…

  12. J’te préviens, Nina, mon commentaires sera hors-sujet…
    Quel article de ce matin nous dit « Kenya a aujourd’hui quitté l’Ain pour rallier les Alpes, près de Villard-de-Lans (Isère). Quand on l’approche, on repère d’abord ses deux petits yeux vifs avant d’entendre son ronronnement, qui ressemble à un gros ronflement. » ?
    Eh ben non, perdu, il ne s’agit pas de ton greffier à toi 🙂
    http://www.liberation.fr/actualite/societe/271236.FR.php
    Bises et bel été,
    Nino

  13. Rentrant à peine d’une île de Grèce, j’aimerais dire que je suis suffisament rodé pour répondre à tes questions, hélas..

    A la question « qui me plaît », il (m’)apparait qu’en cherchant ton « style » de mecs, tu t’es rendue compte que ce qui le caractérisait était justement l’absence de style (et non de classe hein!). Tout au plus y retrouve t-on la constance humaine d’attirance pour la beauté. Ce qui ne signifie pas que l’on craque pour toutes les belles personnes, mais que le beau relatif (notre conception) des sujets de notre convoitise est probablement leur seul point commun, et si ce n’est le plus important, du moins le plus facile à repérer.

    Interlude : Comme souvent lorsqu’on évoque ce genre de sujet, on a l’impression de ne rien dire (qui fasse avancer), mais je me suis lancé le défi d’essayer de faire sourire avec 2 mes jeux de mots bidon..^^

    Je rejoins totalement mezatine sur le conditionnement social et le substitut du père, d’ailleurs je crois que la relation d’attirance a de grandes similitudes avec le contre transfert de psychanalyse! Bref, ce sont des élements de l’autre faisant écho à ta vie privée qui t’attirent de façon plus ou moins inconsciente, et réciproquement, et c’est justement parce que c’est un mécanisme (mais en est-ce un?) plus ou moins inconscient qu’il est si dur de cerner le pourquoi du comment.

    Bon, je m’embrouille et ne sais plus si mon texte a encore une quelconque signification mais je tenais simplement à te faire remarquer que la réponse à tes questions se trouvait dans l’intitulé : acquis plaît-on…

  14. Même si j’en ai bien une petite idée, je préfère ne pas me cadrer réellement de mecs types à qui je pourrai plaire car cela pourrait me faire passer à côté du grand amour simplement parce que je me dis que j’ai aucune chance. De la même façon, je ne peux pas dire que tel type physique ne me plaît pas: rappeur, skateur, bourgeois, musicien… Si le mec vient me draguer et que je suis célib, je lui laisserai toujours une chance de faire battre mon petit coeur.
    Bon, de toute façon, j’ai passé l’époque de la drague puisque je suis fiancée avec un mec qui ne correspondait pas du tout à mes critères et vice versa. Comme quoi…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *