Fight classe !

Par Lucie

Pour commencer, sachez que je déteste la violence et que la vue d’une arme me met mal à l’aise. D’ailleurs lorsque l’armée a pris mon île pour un terrain d’entrainement grandeur nature, j’ai eu la trouille de ma vie. Ben vi, c’est pas drôle d’être réveillée à 8h du mat un dimanche par des tirs et de tomber nez à nez en ouvrant les volets avec un hélicop et un gentil monsieur qui tient un gros fusil sur le bord du dit hélicop. Bref je m’égare, c’est pas le sujet !

Je voulais simplement parler d’une « bagarre » qui s’est déroulée lors d’un de mes cours Un élève d’ordinaire gentil et nonchalant se moque de la note d’une élève. Forcément cette dernière lui répond en l’insultant. Le tout a voix basse, ce qui fait que je n’entends pas puisque je suis en train de rendre des copies tout en répondant à des questions…la routine…sauf qu’en quelques secondes tout s’emballe.

Mon gentil élève tient la fille contre le mur par le cou tout en lui donnant des coups de poings !!

1ère tentative d’intervention pour les séparer : moi et mon mètre soixante et les autres élèves…échec…

Le prétendu gentil élève jette une table sur la fille… la tension monte encore…

2ème tentative d’intervention : 10 garçons se jettent sur lui pour tenter de le maîtriser…mais …il s’est transformé en Hulk !!

Dernière tentative : je réussis enfin à m’interposer et je jette la fille (qui se battait aussi !!! qui a dit que les filles étaient douces ???) dehors (oui je suis
au rez-de-chaussée) au moment où mon « pas-du-tout gentil élève » se précipitait en courant vers la fille avec une chaise…il aurait pu l’empaler avec les pieds…moi forte, moi pas peur…heureusement les autres élèves bien synchro se jettent sur lui en même temps…ouf…

 Bilan :  Je déteste réellement la violence. C’est pas pour rien que je n’ai pas voulu aller enseigner à Créteil, bordel de piano à queue !!!! Moi traumatisée pour la suite de la matinée mais moi heureuse d’apprendre que ce jour-là, le gentil élève avait oublié son couteau à la maison !!!

Je pense investir l’année prochaine soit dans une cotte de maille soit dans un gilet pareballes, à savoir lequel est le plus seyant !!

Je serais presque tentée de demander un portique à l’entrée !! Vous pensez peut-être que j’exagère…mais bon, la semaine dernière 2 élèves sont morts, poignardés à coups de ciseaux dans un collège du coin pour une histoire de ballon !!!

Ils me font rire tous les politiques et leurs discours sur l’enseignement, mais mes préférés restent les pseudo pédagogues enfermés dans des bureaux à Paris qui justement soufflent les bêtises de ces discours !

No related content found.

Rendez-vous sur Hellocoton !

14 réflexions sur “Fight classe !

  1. Entre la thèorie et la pratique, il y souvent un monde…

    Je le remarque chaque jour dans ma ZEP où pour certains la violence est un langage comme un autre…

  2. Oula on dirait un scénario d’horreur.. La violence de cet élève était déjà connue ?? Moi je suis d’accord avec ton idée de portique, c’est ce qu’ils font aux USA (ça n’a pas l’air de marcher mais bon, ils essaient..). Ca me fait penser à une chanson des Fatals Picards sur les profs : La sécurité de l’emploi. Et ça me fait rire..jaune.

  3. Le portique ne peut que limiter l’ordre de grandeur de la vilence…y’a qu’à voir tes 2 morts aux ciseaux, vous ne les auriez pas confisquez, un simple outil de travail…

    Qd quelqu’un veut se battre, il se bat. Et quand il veut blesser (ou tuer) n’importe quoi devient une arme…

    Apres faut creuser la question, juqu’à quel point sont montés les insultes. C’est peu être comme Zidane, ça subit jusqu’au point de rupture, l’insulte qu’on considere comme inadmissible…(J’ai pas dit pour autant que l’acte de Zidane etait justifié )

  4. bonjour .
    j’ai 52 ans et je tombe par hazard sur votre blog que je trouve sympa .
    moins sympa c’est le monde dans lequel nous vivons aujourd’hui . a qui la faute ?
    une chose est sure , on est bien loin des grandes villes .
    je vous souhaite beaucoup de courage pour affronter ce monde de fou dans lequel vous vivez .

  5. Je crois que dans une carrière d’enseignant, il y a un avant et un après quand on vit ce genre d’événements. Parce que des élèves chiants, c’est le lot commun, si j’ose dire, mais un tel degré de violence, c carrément flippant.

    Evidemment, le gamin doit avoir de sacrés problèmes que tu ne peux pas connaître, sans doute chez lui ou je sais pas, la fille a appuyé là où ça fait mal et explosion totale. Je crois qu’à ta place, une fois le gamin dégagé, la seule chose dont j’aurais été capable, c’est de m’assoir parce que, tiens, mes jambes me portent plus…

  6. C’est pour ça que j’aime les enseignat(e)s: tjr plein de trucs à raconter… le pire; c’est qand ils/elles daubet sur les parents d’élève. Un pur régal.

    Mais sinon, ça fait peur, c’est clair ! Ils sont fous ces jeunes !

  7. Mon père est prof en lycée professionnel il s’est fait tiré deux fois dans son pare brise…la violence, les menaces et les injures font parties du quotidien…

  8. Ce qui rassure un peu, c’est que tous n’avaient pas basculé du côté obscure de la force, en applaudissant ou en filmant.
    Mais ça file les chocottes quand même.

  9. Ahem… Ok, en tant que future prof (enfin, je crois), je vais donc m’inscrire dans une salle de tir et me dépécher de passer ma ceinture triple black de self defense, je crois.

  10. Rien à dire à part: oh comme je te comprends! oh comme je suis d’accord! la violence dans notre métier n’est pas forcément quotidienne mais la tension, si. Tout peut déborder, à tout moment. Courage pour la suite, il y a aussi les bons moments!

  11. Juste par curiosité tu es prof de quoi et ds quelle académie ?
    Moi je pae le capes d’hisoire et je bosse avec de ados de cités, et j’ai déjà eu à m’interposer entre un jeune de 20 ans qui menaçait mes petits ouaichouaich de 14 ans avec un couteau, souvent c’est le dialogue ou le coup de pression qui fonctionne davantge que l’action physique limitée pour moi aussi ( 1m 60 aussi )

    J’ai été elève de ZEP et il y avait deja un climat de violence dès la primaire et je ne crois pas qu’il faille généraliser sur telle ou telle académie ou type d’établissement, l’important c’est que l’équipe des profs soit soudée pour limiter les abus de certains élèves.

    De toute façon tant qu’il n’y aura pas de véritables acteurs sociaux dans les établissements scolaires, l’insécurité à l’école perdurera…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *