Tous victimes !

La semaine dernière, je lisais Le mur des lamentations d’Abiker qui caricature le besoin que l’on a de se faire plaindre. Bon, je vous raconte pas le livre, lis-le, lecteur. Oui, il faut lire, ça détend, ça fait du bien et ça occupe dans le métro. Et dans le train, aussi. Et dans l’avion mais moi, je le prends pas, j’ai trop peur. Mais c’est pas du tout de ça dont je voulais parler ! Mais qu’est-ce que j’adore les digressions, quasiment autant que les métaphores pourries !

Donc je voulais vous parler de cette manie complètement humaine qu’on a de se plaindre. C’est totalement universel. Par exemple, je prends ma famille : mes grands-mères râlent, mes parents râlent, ma sœur râle et moi aussi. Et ce n’est pas spécifique à ma famille. Va dans la rue et tend l’oreille, lecteur, tu n’entendras que des doléances, encore et toujours. « Je paie trop d’impôts pour financer ces feignasses de chômeurs », « y a plus de saisons ma pauv’ dame ! », « dans la rue, y a plus que des voyous », « j’ai un cancer », « je viens de redoubler mon année », « mon prof m’a saqué », « tous des connards »… Bon, vous voyez le topo. Selon les âges et les personnes, les plaintes ne sont pas les mêmes. Par exemple, moi, je peux me plaindre de pas avoir été payée pour mon stage ou que le journalisme est un boulot galère mal considéré, mal payé mais je peux pas me plaindre de me lever trop tôt le matin (pour le moment, je bosse de chez moi donc bon), de perdre une heure dans les transports (pour la même raison) et je peux même pas sortir « tous des connards » puisqu’aucun mec ne me fait chier en ce moment. Et je ne m’en plains pas, c’est reposant de sortir de la guerre des sexes et de regarder ça d’un œil neutre. Surtout que, du coup, je finis par croire que je pourrai me trouver une moitié qui ne m’énervera même pas. Même s’il paraît que les Français sont particulièrement râleurs, c’est une manie mondiale ! Tout le monde a un truc qui cloche toujours, c’est comme ça.

Pourquoi on se plaint ? Pour se faire plaindre, ça paraît logique, mais pas que. Il est vrai qu’il y a des moments où on tombe tous dans le syndrome de la « victime égocentrique » à base de « mon problème est super grave et tu dois compatir ! ». Bon, ça ne me gêne pas de compatir, surtout quand moi, ça va. Alors, j’écoute, je compatis, j’hoche la tête, j’essaie de distraire mais la distraction est à manier avec précaution. Si vous sortez une blagounette pendant que Charlotte se plaint que son Etienne l’a quitté pour Jennifer qui a un prénom de pouffe et des cuisses tellement
énormes que l’une d’entre elles suffirait à éradiquer la famine en Afrique, ça peut vous retomber dessus. Oui, on peut être particulièrement garce avec la rivale, la sale biiiiiiiiiiiip qui a osé nous piquer notre mec. Donc imaginons, Charlotte se plaint qu’Etienne est parti avec cette pétasse et vous, inspirée, vous sortez : « avec de la chance, il se retrouvera étouffé entre ses deux grosses cuisses, ça lui servira de leçon, mouahahahah ! ». Oui, des fois, j’ai un humour vraiment pourri. Mais bon, voilà, j’ai commis l’impair : au lieu de pleurer avec Charlotte, j’ai OSE essayer de dédramatiser la situation, de nier la gravité de la situation ! Parce qu’à force de comprendre la victime et lui prêter une oreille attentive, c’est nous qui devenons sa victime. Charlotte vient de se faire plaquer, elle m’appelle, logique. « Bouhouhou, je suis malheureuse ! ». Ok, j’arrive. Bon, évidemment, en deux heures, c’est pas réglé, il faut le temps. Seulement au bout d’un moment, c’est un peu fatigant de repasser en boucle le CD « Etienne est un gros con » sans avoir le droit d’aborder un nouveau sujet. Mais au bout d’un moment, on en a un peu fait le tour (même en abordant « Jennifer est une pouffe obèse même pas belle ») et ça sert plus à rien de ruminer. Donc on essaie de changer de sujet mais ça passe pas. On passe pour une traître, une indifférente. Mais non,
justement, j’essaie de te faire comprendre que c’est pas en ressassant toujours la même chose que l’on s’en sort ! Je me souviens d’une époque où la pauvre Anne s’était retrouvée à consoler une nana qui avait littéralement pété un plomb après que son mec ait rompu, allant jusqu’à téléphoner à la mère du jeune homme… Après 6 mois de relation ! « Je l’aime, je le déteste, je l’aime, je le déteste… ». Au bout d’un moment, la pauvre Anne n’en pouvait plus. Un soir, on se fait une soirée sex and the city à trois… Bon, ben la fille a comparé tous les personnages masculins à son ex, c’était assez lourd. Et puis, surtout, n’osez pas vous plaindre sinon s’engage une compétition débile.

« Etienne est un enfoiré, il m’a plaqué pour Jennifer !

– Oui bah tu sais, il m’est arrivé la même chose mais moi, ça faisait deux ans que j’étais avec lui…

– Oui mais moi, il m’a piqué des CD !

– Moi, j’ai dû partir de notre appart commun et dormir pendant deux mois chez une copine.

– Oui… Ben, moi, il a violé mon chat !
– … »
Autre cas courant : celui qui se plaint pour quémander des compliments. Quand j’étais au collège, une fille m’avait dit une fois : « Non mais tu vois, Anaïs, elle se plaint pour qu’on lui fasse des compliments. Elle dit qu’elle est grosse pour qu’on lui dise qu’elle est mince et tout ça. ». En observant les faits, j’ai constaté que c’était vrai. Mais c’est risqué parce que si elle continue, elle va finir par se prendre un : « ouais, c’est vrai, t’es grosse, tu fais au moins du 48, non ? ». De façon toute personnelle, quand je me plains, c’est avant tout pour vider mon sac. Et là, quand ça explose, c’est parti : « Putain, fais chier, j’en ai marre ! Je trouve pas de boulot, j’ai plus de tunes, j’ai des factures qui pleuvent, cette putain de CAF qui me verse plus rien alors qu’ils doivent me donner plein de sous, mon asso qui a oublié de me payer, j’ai pas de mecs, mon chat n’arrête pas de vomir sur la moquette, ma mère a un lupus, ma sœur est dépressive, j’ai même
pas demandé à naître ! ». Enfin, voilà, je dis tout en même temps, ce qui me vaut en général la réponse : « heu… Je sais pas quoi te dire ! ». Ben, y a rien à répondre, juste que ça me fait du bien de balancer tout ça, ça soulage, c’est un peu comme mettre la poubelle au vide ordures. Mais bon, en général, quand j’ai des petits soucis, rien ne vaut l’autodérision. Oui, j’ai la lose, alors rions-en ! Faisons des BD mal dessinées sur ma machine à laver qui déconne et mon chat qui vomit (je crois qu’elle me fait de la boulimie, en fait). Au lieu de passer pour la chieuse jamais
contente de service, je passe pour la rigolote ! Parce que se plaindre sans saouler son auditoire, c’est tout un art. Si on tombe dans le larmoyant et le pathétique, les gens vont vite se lasser. Parce que quelqu’un qui ne va que mal, à la fin, on lui demande même plus si ça va car on sait que l’on va lancer la valse des litanies.
Alors faisons comme David : plaignons-nous mais avec panache et humour !

No related content found.

Rendez-vous sur Hellocoton !

28 réflexions au sujet de « Tous victimes ! »

  1. Bon apparement je suis même pas preums mais les commentaires sont filtrés non ?
    Moi je suis un éternel plaintif pour tout et n’importe quoi afin je pense de garder un coté pessimiste comme si dire que ça va bien c’est risqué que ça n’aille plus… au point même que souvent lorsqu’on me demande si ça va, je réponds que je fais aller….(ce qui énerve ma copine d’ailleurs….)

    Bon après je crois qu’en france aussi on est quand même champion du monde de ralage… et encore plus si tu es parisien…

  2. Moi je dit : « J’ai un cancer », dans la liste, lui/elle a le droit de se plaindre !!
    Moi je dit aussi : « il a violé mon chat », c’est vraiment pas très sympa !
    Moi je dit également : « Jennifer est une pouffe obèse même pas belle » et « Etienne est un gros con », ça nous fait le couple de l’année !!

    Et puis moi, je dit toujours : Meuh !

    Moi je dit pour finir : PS : Over-blog c’est vachement plus pratique que les espaces MSN ! Mon blog crie : LIBERTEEEEE, tel William Wallace sur les hautes terres d’Ecosse… (Un peut de lyrisme ne nous fait pas de mal)

  3. la dent mauve dit :

    Sinon pour ton chat tu devrais essayer les croquettes anti-boule de poil , si si ça existe j’ai vu ça il y a 2 semaines , ou alors chez ton pharmacien préféré , tu sais celui qui se fai les couilles en or massif au coin de la rue ^^ , il devrais y avoir des p’tits comprimés pr que matou arrete sa gerbe à tout bout de champ, nan parce que c’est vrai quoi il y en a marre des galettes félines!

  4. Alors, moi je dois pas être française (ou alors ce sont les racines autrichiennes et pied noirs qui ressortent). Je ne me plains jamais. Mais quand je dis jamais c’est jamais. Bon alors si, j’avoue que des fois ça sort un peu tout seul, mais j’ai la decence de faire ça sur le ton de l’humour (les bd mal dessinées, je connais :-D). Par contre, un truc de tres bizarre, c’est qu’alors que dans la vie je ne moufte pas grand chose, sur mon blog c’est carrement une autre histoire. j’aime bien faire la raleuse alors qu’en fait je suis plutôt du genre a me faire marcher sur les pieds…
    Sinon, j’ai toujours ete super naze pour reconforter quelqu’un, je sais jamais quoi dire..Alors je dis des conneries, ou alors j’enfonce la personne. Exemple tout con: mas meilleure amie se fait plaquer, au lieu de traiter son mec de con (meme si c’est un sacre connard) je remue mon amie dans tous les sens a coup de « mais bouge aussi toi, merde ! arrête de te lamenter sur ton sort, fait aut’chose bordel » Ce à quoi la copine repond par un « mais je l’aiiiiiime », entre deux trois larmes et plein de morve. Replique immediatement coupée par un delicieux « Non tu l’aimes pas, ce que tu aimes, c’est une image, pas LUI ». Ya pas à dire, faut jamais me demander de consoler une amie eplorée…

  5. C’est étrange pour ton chat ! Est-ce un chat uniquement d’appartement ? Si oui, normalement il n’a pas besoin de se purger (ce qu’il essaye de faire en mangeant de l’herbe) sauf si ton appart est un jungle (plus ou moins urbaine).

    Pour ma petite Yuna (le chat-tigre à clochette le plus globe-trotter de cette région du monde) le véto m’a déconseillé l’herbe à chat pour un animal qui ne sort jamais.

    Par contre, si Kenya peut sortir, là, la purge est obligatoire… Il n’y a plus qu’a espérer qu’elle face ça en dehors de ton appart… Apparemment non 😉 !

    Meuh !

    PS : « Nina a toujours raison et de bonnes idées, en plus. » On dirait du Gauthier dans le texte !!

  6. Lili dit :

    moi j aime bien ce genre d’article, parce que c est toujours super vrai, et on a TOUS une copine qui vient de se faire larguer, et après 2 semaines, c’est tout simplement plus possibile, moi j’ai plus la force d’écouter, c est insupportable… ( juste pour donner un idée, la copine arrive à 11 heures du soir, repart à 6 heures du mat de chez moi, a fumé mes deux paquets de clopes sans me demandé si j voulais en garder une pour demain matin, n’a absolument rien écouté de tout ce que j ai pu lui dire… et ne se rend même pas compte de l’absurdité de ses arguments..)
    cela dit, un cancereux a le droit de dire j ai le cancer sans pour antant se plaindre.. j dirais qu il faudrait changer l exemple 🙂

  7. Ah bah tiens, c’est drôle..apres avoir lu ton article, voilà que je suis prise d’une envie de râler atroce.
    Je crois bien que je vais faire chier tout le monde aujourd’hui 😀
    Saloperie de journée.

  8. J’aime beaucoup le passage « je ne peux pas râler en disant que tous les mecs sont des connards, car aucun mec ne me fait chier en ce moment, et je ne m’en plains pas »
    Encore heureux que tu ne te plaignes pas de ne pas pouvoir râler à ce sujet…
    Mais est-ce que tu t’indignes du fait que tu ne te plaignes pas de ne pas pouvoir râler?… 😉

  9. Lili dit :

    tu m’etonnes.. j’aurais bien suivi mon cheri qui a laché l affaire à 2 heures du mat en balançant un simple « j vais m coucher j ai trop de taf demain » completement ignoré de la pleureuse, mais il se trouve que la copine est aussi une cousine, et là, pacte familial oblige, tu la fermes et tu ecoutes!

  10. C’est de ce genre de post dont tu parlais la derniere fois non? bon moi J’ADORE me plaindre, je suis pas une fille pour rien! je me plaint qd il pleut, qd il fait chaud, qd ca pue dans le métro, qd j’ai mis des super chaussures que je vais bousiller a cause des graviers, me plaindre parce que c’est pas assez salé, trop gras, que ca a pas de gout… bref, je me plains! Mais nous Femmes ont a une excuse toute trouvée: les hormones!!!
    non sans rire, je crois qu’il faut d’urgence que tu nous trouve un David aussi beau que la statue bien sur! Il parait qu’avec le temps ils entendent même plus nos jérémiades…

  11. normal que tu n’es pas compris! je voulais dire ce genre de bouquin dont tu parlais dans ton post la derniere fois! sinon pour les transports je crois qu’avec l’habitude j’ai aussi arrêté de me plaindre! Je veux un chauffeur!!! 😉

  12. Céline dit :

    Il y a un moment où, les plaintes, ça suffit! Mieux vaut un gos « meeeeerde! » en hurlant que des heures ou des mois de jérémiades.Il y avait une époque où je prenais les malheurs de la Terre entière (du moins de mes copines) sur mon dos. Le problème, c’est que quand moi j’ai voulu à mon tour me plaindre, je n’ai pas trouvé bcp d’oreilles compatissantes; eh bien maintenant, que la Terre entière aille se plaindre ailleurs!Et c’est fou aussi comme le ressassement est un trait gééralement féminin (com le ragot d’ailleurs). Que de conversations où chacune ne parle que de soi, et n’entend pas l’autre: c’est effrayant. Eh bien, ces gens je les fuis comme la peste; s’ils ne savent que parler d’eux, zont qu’à acheter un animal de compagnie, ce sera kif kif pareil. Bon, eh ben ça y est, je me suis plainte, ça va mieux, pfou!

  13. J’adore les plaintes et les malheurs des autres. J’adore regarder le 20h, un ou une journaliste froide, qui te débale les malheurs des autres, sans aucun sentiment (c’est un vrai métier de présenter le 20h rien que pour çà)…car ca me fait oublier mes petits malheurs à moi. Genre voyeur finalement…

  14. Le râle est-il franco français ? Les blogs anglo-saxon sont-ils du même cru ?
    Mais faut avouer, que vous si vous n’étiez pas dans le top Ten d’Over-Blog, je ne vous aurais probablement jamais connu. A tord, car j’y reviens sans regarder le classement.
    Faut avouer que , 90 % des blogs ne sont jamais lus que par leurs propriétaires , graines de loosers ou non.
    D’ailleurs , je suis toujours effaré de constater que des blogs de couture arrivent en tête…à croire que la « ménagère de moins de 50 ans » a envahi la toile !

  15. Le blog a l’avantage d’être gratuit. Raler l’est (encore) aussi.
    Le BR était donc fait pour s’accoupler, dans le meilleur des mondes virtuels possibles !
    Néanmoins , j’aime bien ton style, c’est pour celà que j’y reviens !

  16. J’ai cru lire et comprendre ailleurs ici sur ce blog, que ce n’était pas le but d’être TOP 10, tu es donc logique avec toi-même.
    Mais pourquoi d’ailleurs, produire 1 article / jour ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *