Tenter l’’aventure amoureuse

(Article écrit y a quelques temps…)
 L’amour est en soit quelque chose de compliqué, personne ne me contredira. A presque 26 ans, c’est pas qu’on commence à me demander quand est-ce que je vais ramener un homme à la maison mais pas loin… Enfin, mes parents ne me foutent pas la pression, ma mère ayant compris que j’étais quelqu’un qui « naviguait ». Pour ma part, je dirais plutôt que je tente l’histoire, quitte à me planter.
 

L’autre jour, je discutais avec Tatiana sur MSN de nos situations amoureuses respectives (enfin surtout de la sienne parce que moi, j’ai pas grand-chose à en dire) et elle m’expliquait qu’elle ne regrettait pas son choix. « Je sais que ça ne durera pas mais au moins, j’aurai tenté et j’aurais vécu une belle histoire. » Et bien, je trouve que la demoiselle a bien raison. Si je regarde mon propre passé amoureux, je me suis entêtée à vivre des histoires impossibles : avec un trentenaire parisien et obsédé alors que je n’était même pas vingtenaire, toulousaine et une oie blanche, avec un gars avec qui je n’avais pas grand-chose en commun, avec un gars qui vivait loin de moi… Oui, mais voilà : je lui plais, il me plaît, pourquoi je ne tenterais pas ? Le mur est au bout, je le vois gros comme une maison et je sais que je vais me le prendre. Mais en attendant, que la balade est grisante.

Beaucoup de filles de mon âge cherchent « le bon », celui avec qui ça ne pourra que marcher tant il est parfait. Mais quelle erreur, à mon avis ! D’abord, il est
censé être comment « le bon » ? Je m’étais amusée il y a quelques temps à commander au Père Noël mon homme idéal (il m’a bien oubliée, cet enfoiré) mais trouver un homme qui correspond parfaitement à nos critères est utopiste. Bien sûr, nous voulons toutes un homme qui nous correspond tant sur le plan physique que sur la personnalité mais il faut bien comprendre que chaque homme a ses défauts. Tant mieux quelque part, je me sentirais pas à la hauteur d’un homme parfait… Déjà que je me sens rarement à la hauteur des hommes imparfaits, imaginez l’angoisse. Mais même si cet homme est imparfait et qu’il me semble qu’il n’y aura pas d’avenir ensemble, pourquoi ne pas tenter ? De un, rien ne me dit que ça ne durera pas, finalement. De deux, même si ça ne dure pas, n’avons-nous pas le droit de vivre une belle histoire, même si elle ne peut être qu’éphémère dès le départ ?

Certaines histoires d’amour sont condamnées à peine elles ont commencé : distance, manque de temps pour se voir, l’un des deux n’est pas libre… On peut multiplier les hypothèses à l’infini. Oui, l’amour, c’est quelque chose de très compliqué, n’est-ce pas ? Donc on voit le mur au bout du chemin, on le sait qu’il n’y a aucun moyen de l’éviter. Doit-on éviter de partir à toute vitesse dedans ou fermer les yeux en attendant qu’il arrive ? Ou plutôt profiter de chaque sensation avant le crash, la vitesse, le vent qui nous caresse le visage,
le paysage qui défile… Bon, je le concède, ma métaphore n’est pas merveilleuse mais c’est pour faire comprendre l’idée. Après tout, qu’a-t-on à perdre ? Rien, si ce n’est une belle histoire.

Le problème, c’est que beaucoup de vingtenaires veulent trouver le bon, comme s’il y avait une date limite de péremption : vite, vite, casons-nous avant qu’il ne soit trop tard ! Je trouve ça un peu curieux et un peu suicidaire comme comportement. On va refuser les avances d’un jeune homme car il ne nous paraît pas idéal et se jeter au cou du gars qui nous semble parfait. Et si ça ne marche pas, on fait quoi ? On déprime pendant 107 ans ? Par ailleurs, comment peut-on commencer une relation en pensant sincèrement que c’est pour la
vie ? Dire à un mec que lui et moi c’est pour la vie, c’est mentir, quelque part, parce que je n’en sais rien. Oui, aujourd’hui, on s’aime et tout est rose, mais demain ?

Actuellement, j’ai envie de me caser, avoir une vraie relation qui dure plus d’une nuit. Mais je ne vais pas pour autant refuser tous les prétendants avec qui ça risque de ne pas coller sur le long terme parce que si je savais exactement quel mec il me fallait, je ne serais pas célibataire (logique). Ensuite, si j’ai plus envie de plans cul, si une belle histoire qui s’annonce éphémère se profile, la refuserai-je ? Non, je ne pense pas. Je lui plais, il me plaît, allons-y gaiement ! Au moins, sur mon lit de mort, je n’aurai presque aucun regret.

Si je regarde dans mon entourage, très peu de filles sont tombées sur le bon de suite. Surtout que je n’ai que 26 ans et que mes amis en ont rarement plus. Donc pourquoi se mettre la pression à tout prix, pourquoi chercher celui qui sera forcément le père de notre progéniture ?  D’ailleurs, qui nous dit que ma progéniture aura le même père ? Bon, ce serait plus pratique et moins compliqué à gérer mais les familles recomposées existent, on ne peut pas le nier. Même, après ma rupture avec Guillaume 1er, je me suis soudain imaginée avec ma
petite tribu (j’insiste sur le petite) sans papa parce que je ne suis plus avec aucun d’entre eux mener ça d’une main de maître. Bon, très honnêtement, j’espère que j’aurai un compagnon pour m’aider dans cette tâche parce que je me vois pas du tout maman célibataire.

Aimer, c’est tenter. Je crois que sans ça, la vie ne mérite pas d’être vécue. Après tout, si y a bien un domaine où il faut oser, c’est celui-là.

Rendez-vous sur Hellocoton !

46 réflexions sur “Tenter l’’aventure amoureuse

  1. bonjour,

    premiére contrib.. mais je vous lit depuis quelques semaines.

    je trouve ce billet bien déprimant, un petit coup de blues ?

    j’espére que ca ira mieux
    a++
    Olivier

  2. Je suis complétement d’accord avec ton article. Je vis quelque chose de similaire en ce moment, et j’ai réussi à faire partager ce point de vue a ce Monsieur, avec qui je suis. Etant un mec qui a peur de s’engager, comme pas mal, je lui ai expliqué que je voulais pas forcément lui faire de gosses et que ce ne serait pas si terrbile de passer un « moment » ensemble. Donc maintenant, comme tu dis si bien, j’apprécie la balade en attendant le mur.
    Enfin bref, témoignage en direct live.

    Bizoux
    La Carotte Masquée, le seule et unique légume aux super pouvoirs qui a une vie sentimentale décadente gnark gnark gnark

  3. Rien de tout cela, j’etais tranquillement en train de me faire une pause the en surfant et j’ai vu « tiens un nouvel article de Nina ! » et « tiens il n’y a pas de commentaire! » … Ni une nideux j’ai fonce mais promis je ne le referais plus tout simplement parce que j’ai ecrit « Preums » mais je n’avais pas lu l’article … donc on ne peut pas vraiment appeler cela un commentaire !

    Et j’aurais du lire cet article d’abord parce qu’assez bizarrement nous avons parle aujourd’hui du meme sujet. Avec en un sens les memes questions mais des conclusions et des solutions differentes !

    http://www.frangnol.over-blog.com/article-2830385.html

    Je me permets de mettre ce ien parce que cela recoupe ce que tu dis (efface le si ca ne se fait pas).

    Donc mon « vrai » commentaire sur cet article est que l’amour comme le reste c’est une question de travail et tu le montres dans ton article … ca ne tombe pas du ciel … ce qui ce fait spontanement c’est du cul il n’y a pas de sentiments dans un coup de foudre.

    Bonne journee pour ceux qui font le pont et les autres (comme moi) qui travaillent!

  4. Bon, alors je ne partage pas trop ta philosophie. Moi je veux une histoire qui dure, un engagement, si je sais qu’il n’y a pas d’avenir ca ne m’interesse pas : A quoi bon ? Combler le vide ? Je n’ai pas besoin d’un homme pour cela … Fin de l’hisoire = un coup dans le coeur. Je ne peux pas concevoir une relation sans que ce soit une histoire d’amour. Je ne cherche pas l’homme parfait, loin de la, mais j’en veux un disponible avec qui je sens que ca peut durer. Mon premier critere est la stabilite, et je peux etre patiente, je ne suis pas pressee, mais s’il pouvait se grouiller de ramener ma chaussure de ver ca m’arrangerait, j’ai froid au pied droit ! 😉

  5. Au début je pensais différemment voulais le bon celui avec qui j’aurais pu faire un bout de chemin .
    Mais bon finalement il est pas arrivé donc prend les relations qui viennent et on verra bien ce qu’il adviendra

  6. Merci pour le conseil sur les trackback … je n’avais effectivement aucune idee de leur utilite !

    En restant dans le technique, j’aime beaucoup le fait que vous ayez un « papier peint » sur votre blog mais j’ai beau chercher je ne vois pas comment en ajouter un … un conseil?

    Pour revenir a ton article, tu ecris: « Certaines histoires d’amour sont condamnées à peine elles ont commencé : distance, manque de temps pour se voir, l’un des deux n’est pas libre… »
    Ma relation qui arrive maintenant a l’aube de sa 6eme annee, a eu des periode de distance geographique, culturelle, linguistique et j’en passe. A cela s’est ajoute une vie vie frenetique pour tous les 2 et meme si l’on a eu des difficultes a gerer tout cela, ca ne nous a pas empecher de surmonter le maelstrom.

    Petit mot pour dire qu’il ne faut pas se decourager si vous pensez que la relation tient le coup.
    Il est vrai que de mon cote comme de celui de ma cherie nous avons compris que notre carriere avait besoin de toute notre attention … et le couple au final ne pouvait qu’en beneficier … question de patience je suppose …

    J’ai vraiment la flemme de travailler aujourd’hui … je dois le sentir que mes compatriotes (enfin une bonne partie en tout cas) font le pont !

  7. Frangol > Mais non on ne fait pas le pont, mais non … ‘tain pourquoi je suis toute seule au bureau bordel ? 😉 AU moins j’ai une place de parking à l’ombre.

  8. Alors là, comment ne pourrai je pas être d’accord avec toi Nina! Je pars du principe qu’il ne faut rien regretter, surtout en amour! On n’a qu’une seule vie, pourquoi la passer à se dire « Et si… » .

    Si j’avais écouté ma raison, je ne serai pas sorti avec M Panpan, oui 2 mois avant de partir en Guadeloupe, ce n’était en apparence pas très judicieux…(selon un ami je serai presque maso!) Et bien au final je ne regrette rien du tout! Je ne pensais pas qu’on resterai ensemble avec la distance…

    Presque un an après je suis ravie d’avoir écouter mon coeur, je vis une belle histoire! Alors même si je me prend un énorme mur à l’arrivée, j’aurai vécu et tenté le coup! Une belle histoire ne se refuse pas.

    J’espère trouver moi aussi un jour le père de mes enfants…celui ci arrivera ou pas, je l’ai peut être…en attendant je partage des bouts de chemins de vie, c’est bien ainsi! On ne sait jamais où une histoire va nous conduire, pourquoi la tuer dans l’oeuf systématiquement!

  9. Je ne suis pas d’accord avec toi quand tu dis :
    « Certaines histoires d’amour sont condamnées à peine elles ont commencé : distance, manque de temps pour se voir, l’un des deux n’est pas libre… »

    Rien ne condamne d’avance une histoire d’amour comme rien ne présage de sa durée.

  10. Oxh comme ça va vite ici … déjà l’article de nina était très bien mais les commentaires aussi notamment celui de panpan. Du coup j’ai plus rien à ajouter … pour une fois que j’étais tranquille au boulot :-(((

  11. « Je serais toute seule au bureau, j’en profiterais pour foutre le why, courir dans les couloirs, chanter à tue tête… Des trucs qu’on peut pas faire en temps normal, quoi (sauf quand, comme moi, on bosse chez soi) » : Seulement, j’ai une camera de surveillance au dessus de la tete, il y en a dans tous les couloirs, sans oublier les vigiles qui tournent et aui sont nombreux et pas franchement aimables. Par exemple, si j’oublie de porter mon badge RFID de facon apparente, c’est un blam. Si je laisse un document confidentiel sur mon bureau ou dans un cahier ou dans mon armoire non fermee a cle, c’est un blam car ils peuvent etre fouilles pendant la nuit. Du coup, ca te passe l’envie de faire des conneries … 😉 Enfait, si tu resectes la politiques de securite de l’entreprise, tu recois un carton vert lors de la fouille, sinon tu as un carton rouge avec notification a ton supervisuer. Bon, j’ai 5 cartons verts et un carton rouge, c’est pas trop mal …

  12. Oui je l’ai lu ce bouquin, mais malheureusement je ne peux pas faire la meme chose … C’est la fouille de ton bureau la nuit, pas de toi … C’est vrai que c’est assez controle, ils ont peur de l’espionnage industriel. Le seul endroit sans camera, c’est dans le laboratoire, je viens de m’y installer, c’est tranquille (enfin, je dis ca mais ce n’est pas vrai, boisson et nourriture interdite dans le labo, et obligation de porter un bracelet electrostatique … mais ca personne ne le fait !). Je reverrais de bosser depuis chez moi !

  13. Pas de camera dans les toilettes … on n’est pas chez Carrouf ! 😉
    Tu sais, avant je bossais dans l’armement, alors c’etait encore pire. Je n’avais pas le droit de partir apres 19h30, donc les vigiles m’appelaient a 19h25 pour me sommer de sortir, et a 19h30 ils venaient me chercher si je n’etais toujours pas descendue. On avait les militaires en jeep sur le parking …, comme ca pas de probleme au niveau de la bagnole, je laissais le vitres ouvertes.

  14. Bon, alors, moi je suis une spécialiste pour foncer dans les murs et le pire c’est que j’aime ça! Je n’aime pas me mettre de limite parce que je me dis que « peut être ce n’est pas le bon ». Après tout, j’en sais quoi? Mon idéal ne collera peut être jamais avec la réalité alors autant en profiter. Hé pis, qui sait, la bonne surprise pointera peut être le bout de son nez!
    L’autre fois, avec une cop’s, on se disait que toutes les casseroles ont leurs couvercles même les plus cabossées alors, pourquoi pas nous? ;p

  15. Bon ok une anecdote ou plutôt un témoignage de l’évolution de la société.

    Il y a peut de temps je me suis rapproché d’une année vers les trentenaires. A cette occasion j’avais organisé une petite soirée à l’appart en conviant mes amis génération vingtenaires (plutôt +25) ainsi que quelques cousins qui eux sont plutôt trentenaires ou le deviendront d’ici la fin de l’année. Le mari de ma cousine vient me voir à un moment et me dit qu’il n’aurait jamais pensé qu’il y ait une telle proportion de célibataire à cette soirée. Je lui ai expliqué que j’avais loué des mannequins pour la soirée ;-). Après je l’ai engueulé parce qu’étant marié à ma cousine il n’a pas trop le droit de regarder les autres femmes. La famille c’est sacré.

    Plus sérieusement, j’ai fait le compte, on devait être une trentaine et quasiment la moitié 13 (8 filles et 5 garçons non je ne me la raconte pas) n’étaient pas casées. Tous avaient une situation professionnelle, psychologique et physique tout à fait convenable. Comme dans l’article il y avait les partisans du j’attends le/la bon/ne, mais bon 3 ans de célibat pour attendre l’élu c’est un peu long je trouve (un pote a une théorie la dessus il dit qu’au bout de 3 mois tu redeviens puceau, à tester) ; et ceux du je tente et je trouverai peut être le/la bon/ne ou au moins on fera un petit bout de chemin ensemble …

    Je reviens à mon cousin on doit avoir 5 ans d’écart, on a eu une éducation similaire et les mêmes influences. Pourtant il a été surpris de nos situations affectives complètement banales pour nous. Il est vrai qu’il a connu ma cousine au lycée et qu’aujourd’hui ils ont deux adorables marmots. Je dis respect c’est bien pour eux moi ça aurait pu m’arriver même si dans la ville ou je vivais ça aurait été difficile ;-). Ensuite, je pense à mon petit frère et ses ami(E)s et leur application de la fidélité assez laxiste je dois avouer.

    Tout ceci m’amène à penser que nous vingtenaires (plutôt +25 d’ailleurs) sommes en plein dans cette évolution sentimentale de la société. Certains trentenaires en ont été les précurseurs, d’où de nombreux reportages et articles faits sur les célibataires plus nombreux et plus heureux. Une série comme Friends fait l’apologie d’une situation comme la nôtre aujourd’hui et donc automatiquement nous avons été influencés.

    Ainsi, je pense que les plus jeunes vingtenaires ou ceux à venir compteront beaucoup d’aventuriers de l’amour que nous en avons connu.

    ps: oula 17h30, j’ai pas vu la journée passée.

  16. Je ne sais pas si on sa case plus tard à cause de la situation professionnelle. Ca fait 3 ans que je bosse, ma situation est stable et pourtant je trouve que depuis 3 ans c’est de plus en plus difficile de trouver des partenaires. Quand tu es en milieu universitaire, tu as plein d’occasions, et de moins en moins quand le travail prend beaucoup de temps dans ta vie.

  17. Je suis complètement d’accord avec ça. Je me souviens d’un article déjà publié sur ce blog, par Tatiana ou Emma, qui se désolait de ne pas trouver chaussure à son pied.
    Et je m’étais fait la reflexion que s’il y avait de plus en plus de célibataire aujourd’hui comparé à quelques années en arrière, c’était que les gens devenaient de plus en plus exigeant.
    Prince charmant, Tom Cruise, ou beau brun ténébreux…
    Les années Walt Dysney, sitcom à l’eau de rose, films sentimentaux du genre la Boom, Dirty Dancing ou Grease, et chansons langoureuses nous ont poussé dans nos retranchements en nous faisant croire en un amour absolu, un déclic inévitable, un coup de foudre inratable.
    Or dans la vie, pour réussir, il faut savoir se planter. Il faut être passé par de mauvaises passes, et savoir que la réussite n’est pas une philosophie de vie mais aussi une partie de chance.
    Ainsi comme le dit le proverbe, qui tente rien n’a rien, et comment savoir que c’est le ou la bonne avant d’avoir essayer…

  18. Ca m’apprendra à pester contre « cette saloperie d’over-blog », pour le coup il refonctionne !

    Et bien miss crois moi que je suis ravi (et rassuré) de voir qu’il y a encore des gens de 25 balais qui ne voient pas l’option « se caser » comme une fin en soi et qui privilegient l’éxpérience en elle même aux grands projets sans fondement.

    L’important n’est pas la destination mais le voyage.

    Cela dit crois tu que beaucoup de filles partagent la même vision des choses que toi ? Car je t’avoue que pour mes dernières relations cette divergence d’opinion s’est soldée par un carnage en bonne et dûe forme. Mes copines du moment ne comprenant pas cette approche « légère » et au jour le jour et s’acharnant dans les travers les plus regrettables. Soyons francs mesdemoiselles, ce n’est pas en tapant sur le clou « mariage, grands projets, je veux des dates et des preuves » que vous fixez nos petits coeurs. Pas le mien en tous cas…

    Du coup cela m’a refroidi au point de me mettre « hors course » jusqu’à nouvel ordre, me resolvant à ne plus sortir avec personne si c’est pour me faire emmerder par des hystériques frénétiques du mariage.

    Apparement il reste des gens fréquentables et dans mes classes d’âges, me voilà émminement rassuré ! Tu viens tout simplement de réabiliter le genre feminin chez moi ma petite Nina !

    Et effectivement les relations condamnées dès le départ sont souvent les plus belles, puisant leur intensité dans leur coté éphémère…

  19. Arnaud : moi je pense qu’il y a beaucoup de filles autres (chose que je t’ai dit sur ton blog, me semble, d’ailleurs). comme tu dis, c’est plus le voyage qui compte… on en parlait tout à l’heure avec nina, et donc, c’est ma contribution du jour (z’êtes contents, hein?) : plus qu’être « en couple », ce qui compte, c’est d’être avec quelqu’un (non, c’est pas la même chose). et pour « être avec » quelqu’un, il faut suffisamment s’accepter pour être tout seul. Comme ça, être avec, c’est pas seulement pour se rassurer, et planifier, mais par envie, tout simplement.

  20. Première fois que je tombe sur ce blog, et je dois dire que la lecture de cet article me l’a fait immédiatement mettre en bookmark.

    J’ai pour ma part bientôt 18 ans, et il est vrai que c’est le genre de sujet qui me tracasse pas mal. Je déteste les relations courtes qui ne durent pas, parce qu’en général ça fait très mal à l’un des deux quand ça s’arrête. C’est ce qui m’effraie dans l’amour (avec un petit ‘a’).

    D’un côté, je suis plutôt de l’avis de Mel (un peu plus haut …), mais il est vrai qu’on ne peut pas savoir dès le début si ça sera « le bon » ou pas.

    C’est pour cela qu’il ne faut pas non plus être trop fermé à attendre ce soit-disant « bon », car on risque de ne jamais le trouver. Néanmoins, je ne me lancerai pas – personnellement – dans un plan « cul » ou un truc pour combler le manque. Ca dépend des gens, mais moi, je m’attache vite, donc ça fait mal à la fin 🙂

    En tout cas Nina, merci pour cet article qui m’a un peu aidé à réfléchir sur ce sujet très controversé 😉

    Thomas

  21. Je suis sorti avec une fille pendant 8 mois. On se connaissait déja depuis 3 ans. Petit probleme : j’habite en belgique et elle dans l’est de la france… Mais le coup de foudre. Complet.

    J’ai passé les 8 plus beaux mois de ma vie, meme si je la voyais pas regulierement. J’étais amoureux (et je le suis toujours) et elle aussi.

    Mais voila : pas mal d’evenements recents dans sa vie nous empecheront apparement de nous voir aussi souvent qu’on le voudrait alors elle a preferé me laisser là… elle dit qu’elle reviendra vers moi dés que ca ira mieux, mais à ce moment là pourquoi me laisser ? Moi j’aurai attendu…

    Ca fait trois semaines. Et j’arrive pas à m’en remettre. Elle est la plus belle chose qui me soit arrivée et je regrette rien. Mais putain, là, qu’est-ce que ca fait mal…

  22. Mon bon Rafa, il m’est arrivé le même genre d’histoire: je suis sorti avec une nana qui habitait « loin » pendant 4 ans. Tout dans le meilleur des mondes, des projets plein la tête, la suele engueulade fut aussi l’ultime. J avais même pensé un moment ne pas partir faire mon année à l’étranger pour qu’on emmenage plus vite ensemble. Resultat des course à peine 15 jours apres mon arrivée en Italie elle me largue, le soir de mon anniversaire, pour mettre un peu de piment. J’ai mis 2 mois à m’en remettre, j’ai arrétté de bouffer et de dormir pendant 15 jours, j’ai perdu 10kg (alors que je suis deja pas epais).

    Le but de ce com’ est de te dire 2 choses: primo on guerrit de tout et personne n’est irrmeplaceable. Ce n’est pas forcement facile de s’en passer mais hélas personne ne t’est vital. Deuzio est il vraiment intelligent d’attendre quand d’autres expériences vous tendent les bras ? Si vous êtes vraiment âmes soeurs vous vous retrouverez, alors d’ici là vivez ! Vous n’en serez que plus riches quand (si) vous vous retrouverez.

    Sinon Lil’ je te confirme qu’on en a deja parlé par blogs interposés et j’en profite pout te remercier de tes conseils et de ton interêt et te feliciter pour ton blog bordeliquement delicieux.

  23. HA HA HA ! Apparement tu forces un petit peu trop sur ton memoire en ce moment… J veux bien qu’on soit content de recevoir des compliments, mais quand même, un peu de retenue !

    Imagine ce que les petits nouveaux vont penser… « ouaiiis c est un gros blooog d hystériques !!! »

  24. Je t’ecris juste pour te dire que je suis à 100% d’accord avec toi. L’homme idéal c’est pleins d’hommes. La vie avance, on change, notre compagnons doit changer. Notre amour de vingt temps était idéal à vingt ans mais pour être le pére de ma prog il aurait du changer avec moi.

  25. J’ai perdu 4 kilos en 2 semaines.
    On se parle encore. Elle me dit qu’on se remettra ensemble dés que ce sera possible, si je suis toujours d’accord à ce moment là, mais qu’en attendant faut que j’arrete de penser à elle, que je me trouve d’autres copines, etc, etc…

    Plus facile à dire qu’à faire -_-. Elle, apparement, elle a déja retrouvé quelqu’un (une fille de son bahut… ben oui. C’est bizarre de sortir avec une bi parfois). J’essai de plus penser à elle constemment, de me faire une raison… mais j’y arrive pas.

  26. Elle a déja retrouvé quelqu’un… et apparement c’est déja pratiquement fini. D’aprés ce que j’en ai entendu par un de ses potes, elle arrive pas à se lancer dans une nouvelle relation parce qu’elle pense encore à moi.

    D’un coté je me dis que c’est dommage pour elle, que j’aimerai qu’elle arrive à faire le pas, j’ai pas envie qu’elle souffre à cause de moi… d’un autre coté je suis content. Je sais plus comment je dois réagir -_-. J’espere qui faudra pas attendre trop longtemps pour que ca aille mieux.

  27. On va tout prendre dans l’ordre:

    Nina, la plupart de tes copines ont un comportement amoureux responsable pour qqn de 25 ans, ça fait du bien de l entendre, tu me les presente quand tu veux !

    Mel: le droit à l’hystérie est un droit intrinsèque à l’homme (et aussi à la femme, voire surtout à la femme). Cela dit mon petit coté féminin me pousse à être hystérique aussi à l’occasion. Question à part: comment ça va ?

    Rafa: quelqu’un veut me plaquer ? Non parce qu’avec mon hygiène de vie à base de Vodka, de bière et de barbecue je suis de moins en moins maigre (càd de plus en plus gras). Perdre 4 kg ce serait vraiment la panacée la tout de suite. Ces considérations pondérales mises à part bon courage (aisni qu’à Nina) Patience et longueur ded temps…

  28. Bah je plaisantais pour l’hystérie bien sûr, moi aussi j’ai mes moments d’hystérie … de moins en moins malheureusement, ça me manque un peu.
    Sinon, ça va à peu près merci, coincée dans une région où les ploucs ont décidé de se réunir ce week-end entre le festival de Cannes et le GP de Monaco … Les beaufs en T shirt « Ferrari » qui roulent à 2 à l’heure dans leur R19 me gonflent. 😉

  29. Ah oui, c’est vrai que tu es une fan de F1, et bien vu le prix des locations à Monaco avec vue sur le cricuit, j’aime autant te dire que ce n’est pas demain la veille … J’ai vu une annonce sur l’intranet à 2000 euros la journée. Enfin, ça amène beaucoup de monde … les Italiens en force ! 😉

  30. Ta soeur connait du beau monde ! 😉
    Ecoute, je pense que si tu demandes à tous tes lecteurs de se cotiser pour ton prochain anniversaire, il y a moyen. :p

  31. Tiens, c’est marrant, mon pôpa, il est allé à Magny Court y a quelques années. Dans la tribune Ferrari. Avec le champagne. Et il a serré la main à Schumi et à Irvine (ouais, c’était Irvine à l’époque). Quand il en est revenu, sa réaction : « c’est leplus beau jour de ma vie! ». Sympa pour le jour du mariage ou le jour de la naissance des enfants… hum!

  32. Va au Mans !!!! L’endurance est 1000 fois mieux pour le spectateur (et intransposable à la télé). Voir passer les bagnoles plein fer dans les terrifiantes Hunaudièresà 350, planter les freins qui illuminent la nuit de rouge, les échappements chauffés au violet, les flammes au retrogradage, c’est proprement magique. Les nuits au Mans sont les plus belles qu’on puisse imaginer.

    Sinon quand j’étais en Italie, la F1 tournait à 500m de mon bureau et les essais à Fiorano etaient vus comme une nuisance « fais chier y a F1 qui tournait ce matin elle m’a reveillé « 

    On a pas des metiers faciles…

  33. Pourquoi t aimes pas l endurance ? Un proto ça fait autant de foin qu une F1, d’autant que certains d entre eux utilisent d’anciens moteurs de F1. Moi la F1 c’est bien gentil mais payer 200€ pour voir des mutimillionaires se courir apres 2h ca me fait bien mal. En plus comme dit Mel j’abhore tous les ploucs qui se prelassent avec un polo Ferrari, je trouve completement con, c est pareil, payer 200€ pour une liquette made in China faut arretter de nous prendre pour des cons.

    De toute façon je suis ded parti pris sur le sujet

  34. Oui mais en Endurance tu as encore tout ce coté populaire avec les pilotes proches des spectateurs, les petites ecuries privées etc etc. Je trouve ca 10 000 fois plus chaleureux que le circus de la F1.

  35. Je suis d’accord avec toi, pour trouver le bon il faut tenter. Surtout qu’au fur et à mesure, on peut réellement tomber amoureux de quelqu’un alors qu’on imaginait pas ca possible.
    Au début de notre histoire, ma copine nous voyait ensemble pour 2 mois (on habitait à 700 bornes, j’etais au chomage, elle etudiante, et pas le droit d’aller chez nos parents…) Finalement ca fait 2 ans et demi qu’on est ensemble apres 6 mois de cette situation…

    Faut dire qu’on a forcé le destin chacun de notre coté. Malgré quelques belles engueulades à distance et plein d’autres trucs, on a fait le forcing et on a réussi à éviter le mur.

    Quand tu dis qu’on sait qu’on va droit dans le mur, moi je dis qu’il faut soit le contourner, soit passer à travers (ma nature ardennaise qui ressort). J’ai une seule philosophie : « quand on veut, on peut »

  36. pour la F1, monaco c’est de loin le mieux à voir. Deja c’est le plus court donc on voit les voitures plus souvent, plein de virages donc on les voit à vitesse réduite.

    A Spa c’est trop long à mon gout et assister à un grand prix sur ecran geant je peux le faire à la maison.

    Sinon, y’a pas à dire assister à un GP quand on est fan c’est énorme !!! Je suis allé à Monza et c’était trop bien (sauf pour mes oreilles). Mon reve ca serait d’aller dans les stands 😀

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *