La pudeur

Avant, au jardin d’Eden, Adam et Eve vivaient nus et vivaient bien. Puis en mangeant le fruit de la connaissance, les voilà gênés de leur nudité et ils se couvrent de belles feuilles de vigne (pas très couvrante ou Adam était mal équipé). Et voilà, les hommes se couvrent. Je n’ai jamais fait d’histoire des vêtements mais d’après ce que je sais, les hommes et femmes se sont rapidement confectionnés des habits pour se couvrir : la nudité serait-elle taboue dès la Préhistoire ?
 

Retour en arrière, j’ai 10 ans, par là, ma cousine vient dormir à la maison. Pour dormir, j’ai mis un T-shirt qui s’arrête au nombril, donc je suis cul nu et je galope dans cette tenue. Mon père me réprimande : « Tu pourrais pas avoir un peu de pudeur ! » De quoi ? C’est quoi ce mot moche ? Et oui, comme toutes les gosses, j’ai la pudeur d’un ver de terre mais à l’adolescence, voilà que je me couvre des pieds à la tête. Dans ma famille, nous sommes quatre : ma mère qui se balade à poil tout l’été et les trois autres, toujours pudiquement couverts. Ma mère est née à la campagne et ne s’est jamais embarrassée de vêtements superflus, j’ai entendu parler de la fois où elle arrivée vêtue de seules bottes en caoutchouc de son père (bon qui lui arrivaient aux hanches, certes) et qui se présente aux collègues de mon grand-père, toute fière : « bonjour, je m’appelle biiiiip biiiiip et je suis la digne fille de mon père ! ». Ben, j’aurais bien aimé voir la scène, quand même ! Petite, ma sœur avait un problème de culotte : elle les enlevait dans la voiture quand mon papa nous amenait à l’école, ce qui valut à mes parents une convocation par la maîtresse. Hé oui, une petite fille qui s’habille en robes (parce que les pantalons, c’est que pour les garçons !) et qui passe sa vie à faire le cochon pendu sans culottes… Hum ! Pourtant, y a pas plus pudique que ma sœur aujourd’hui, je ne l’ai plus vue nue depuis ses 10 ans… et c’est réciproque, d’ailleurs.

 

La pudeur est quelque chose d’assez curieux, selon moi. Enfants, on adore se balader culs nus, adultes, on en montre le moins possible (quoi que ça dépend). Suis-je pudique ? Oui, assurément. Je mets parfois des tenues un peu osées avec des dépoitrinés d’anthologie mais j’aurais du mal à aller dans un camp naturiste. Pourtant, des fois,il m’arrive de traverser mon appartement à poil juste avant d’aller me doucher alors que je n’ai pas fermé mes volets et que je vis au rez-de-chaussée côté rue. Avec mes amis, je me mets pas à poil, aucun n’a vu mes fesses ou mes seins (ou alors par accident), sans doute parce que je n’ai pas d’impulsions exhibitionnistes. La seule fois où Gauthier a vu mes seins, c’est quand j’avais mis un maillot deux pièces triangle et qu’il m’avait jetée dans la piscine. Quand je suis ressortie, j’avais le maillot sur la tête… Oui parce que les maillots triangle, c’est bien juste pour bronzer, pour le reste, faut oublier.

 

A propos de maillot, je n’aime pas bronzer seins nus. Par pudeur mais aussi parce que si je me prends un coup de soleil là (je prends des coups de soleil partout où je ne suis pas couverte, une catastrophe), je vais vraiment morfler. Déjà, la dernière fois où je suis allée à la plage, je n’ai pas pu m’asseoir pendant trois jours (malgré le port du maillot) donc le naturisme, c’est trop dangereux pour moi. Et puis, tous ces corps exposés, ça doit blaser, quand même. Déjà, errer dans des vestiaires avec une quarantaine de rugbymen nus, je les voyais plus alors dans un camp de naturistes, pfffff ! Et qu’en est-il du plaisir de l’effeuillage. Quelque part (c’est horrible ce que je vais dire, mais je le fais quand même), j’adore le premier effeuillage, découvrir petit à petit le corps de mon futur amant, en particulier son pénis. Oui, il faut dire ce qui est !

 

L’effeuillage, justement. Je me souviens, à l’époque où j’étais vierge et totalement complexée par mon corps (à tort ou à raison selon les moments de ma vie), paraître nue devant un homme m’effrayait au plus haut point, je ne voyais pas comment j’arriverais à me désaper autrement que dans le noir. Finalement, j’ai perdu ma virginité en pleine lumière, l’excitation m’ayant fait oublier mes complexes. Parce que finalement, avec mes amants, je retrouve mon impudeur naturelle : je n’aime pas faire l’amour dans le noir, je me fiche qu’il voit ma cellulite en pleine levrette. En même temps, un mec qui remarque ça, c’est qu’il n’est pas trop dans l’ambiance, il me semble. Une fois la première brouette consommée, je dors nue, je me promène nue devant lui, ça m’est égal. Après tout, il a visité mon intimité, à partir de là…

 

L’autre soir, je discutais avec un jeune homme qui était étonné de savoir que je dormais très souvent nue, seule ou accompagnée, il m’expliquait que ses copines enfilaient toujours au moins une culotte… Je trouve ça un peu curieux : s’il y a bien une personne avec qui je peux me montrer sans le moindre artifice, c’est bien avec mon copain. Y a qu’en hiver que je me couvre mais c’est plus une question de froid que de pudeur. Franchement, je ne trouve rien de plus agréable que de m’alanguir contre le corps nu de mon petit ami (ou de mon amant), on se rhabillera en sortant. En attendant, on reste nus, comme ça, si l’envie d’une brouette nous prend, on ne perd pas de temps.

 

La pudeur est vraiment un phénomène intéressant. J’adore m’habiller et porter de jolies tenues, ça doit venir de nos vieux instincts animaux, on se pare pour plaire. Et puis je me vois pas me promener à poil dans Paris. Plus on veut séduire, plus on se pare de couleurs (même si le noir, c’est d’une classe folle, j’adore), comme les oiseaux, par exemple. Mais qu’est-ce qui a poussé les premiers hommes à se couvrir d’oripeaux ? Par pudeur ou pour protéger certaines parties délicates ? Car en Egypte, par exemple, les femmes se promenaient seins nus… On se couvre et on se découvre selon les modes… Je pense qu’après l’actuelle période où on en montre le plus possible, on va revenir à une mode plus couvrante. Il est vrai que je préfère suggérer qu’exhiber mais pour autant, je ne suis pas une fanatique de la robe de bure.

 

Autre pudeur particulière chez moi : je déteste qu’on me voit dans la salle de bain. J’ai déjà parlé de la douche : avec mon petit ami, oui, sinon, on me regarde pas me laver. Je n’aime pas qu’on me regarde quand je me lave la figure ou les dents, je n’apprécie pas forcément qu’on me voit en train de me maquiller. Peut-être est-ce de la pudeur ou alors de l’égoïsme. J’aime me maquiller, c’est un moment rien qu’à moi donc qu’on me laisse tranquille. D’un autre côté, je ne trouve rien de moins sensuel que ces moments d’hygiène indispensables. C’est comme une belle maison, quelque part : c’est agréable de la regarder mais se passionnerait-on de voir une personne la nettoyer pour qu’on puisse la voir sous son meilleur jour ? Non, je crois pas. Le pire du pire : mes besoins naturels. Je suis EXTREMEMENT pudique à ce sujet. Je n’aime pas que quelqu’un, y compris mon petit ami, soit dans la même pièce que moi quand je m’abandonne à ce besoin naturel et je n’aime pas qu’on m’entende non plus (et je n’aime pas entendre, ça me gêne). Ca, ce doit être un truc de filles parce que les mecs, y en a plein qui pissent joyeusement dans la rue, par exemple. A l’époque où j’étais avec Guillaume Ier, ça le gênait pas de venir pisser à côté de moi pendant que je me maquillais, ce qui m’énervait au plus haut point : il peut pas attendre que j’ai fini ?

 

Bref, je pense ne pas être particulièrement pudique mais y a quand même quelques bornes que je m’impose. Je ne comprends pas l’intérêt de se foutre à poil au milieu d’une boîte sous les regards indifférents des mecs (scène vue dans Paris Dernière). Je ne comprends pas l’intérêt de mettre sur le net des photos de moi à poil (j’en ai pas, remarque). Je préfère garder l’essentiel pour les hommes qui partagent ma couche.

 
Rendez-vous sur Hellocoton !

35 réflexions sur “La pudeur

  1. Purééééée! c’est mon tout premier preums! Faut fêter ça! Je pensais que ce PC de malheur allait planter avant que j’ai l’occasion de l’envoyer! et voilà que j’arrive même à en poster deux d’affilée! C’est Noël avant l’heure! 😉

  2. Ah la pudeur, tout un sujet ! ! !

    Et personnellement, c’est assez controversé… Par exemple, sur la plage, j’aime bien être entouré de (jolies) femmes topless ; par contre, je n’ai pas trop envie que ma copine (même ma future) soit topless ; par jalousie mais pas seulement… ça enlève du mystèrre….

    Oui, j’urine dans la rue, ça ne me pose aucun problème (enfin…) mais bon, certainement pas quand je suis avec ma copine… Mais hors de question que cela se passe en présence de ma petite amie et j’essaie vraiment d’être discret au plus haut point.. Une fois, j’étais vraiment super malade alors que je partais deux semaines en vacances avec ma copine pour fêter nos un an ensemble… et je n’osais pas aller aux toilettes…
    Une fois, j’ai eu une copine qui, après quelques ébats torrides, est allée aux toilettes et qui laissait toutes les portes ouvertes et à un momen me dit « david, viens, je n’aime pas parler en criant »…

    « euh oui mais ce que tu as a dire peut attendre, non ? ? »

    comme quoi nous ne sommes pas tous égaux devant cette fameusse pudeur

  3. Meuh !

    Il est vrai que la pudeur dans le couple est quelque chose qui varie beaucoup d’une personne à l’autre… Je ne vois de problème à se préparer ensemble le matin (l’un peut aider l’autre, ça peut être amusant). Par contre je te rejoint entièrement sur les besoins naturels (je ne pourrais jamais faire ce que Guillaume Ier t’a fait !! Comme quoi ça ne vient pas des mecs en général !)

    Texte juste et qui fiat réfléchir sur son propre couple, comme toujours ! Ravi d’avoir récupéré Internet pour pouvoir te lire !! (et aussi d’avoir rattrapé 1 mois et œ d’archive !!)

    A +

  4. AH ben t’as pas de chance, ma copine moi elle ne fait pas de besoin du tout. des fois elle va aux toilettes mais c’est juste pour lire au calme me dit elle….

    Sinon as tu regardé l’émission avec les 4 gourdas…. Gentes demoiselles qui parlent de sexualité sans tabou sur paris premiére hier a 22.45.

    J’ai tenu 12 minutes. (faut dire que la réalisation elle tient pas le route en plus)

    Sinon pour apercevoir mon sourire ravageur de brun de loin, j’ai mis un photo de moi (plus une groupe de rock polonais , leur manager et quelques fans/roadies) sur mon blog. Je te laisse deviner où je suis (et hop faire remonter la fréquentation)

  5. « En attendant, on reste nus, comme ça, si l’envie d’une brouette nous prend, on ne perd pas de temps ». C’est ton côté pragmatique Nina! ah ben bravo, on voit où il se loge ton pragmatisme 😉

  6. je dirais juste que j’aime pas découvrir le penis de mes maitresses!

    (nb j’avais encore oublié la négation, pauvre de moi!)

  7. Zut mon comm à été filtré :(( C’est pas que j’en sois particulièrement fier mais bon 🙂
    Try again:
    Non, non le problème c’est qu’Adam s’arrachait les couil.les en montant aux arbres mais c’est un chapitre censuré de la génèse …

  8. Salut Nina,
    Moi je flippe de me retrouver à poil, même genre à la piscine, de peur qu’on me juge (faut dire que je serais plus téméraire si j’avais les abdos qui vont bien et des pectoraux monstrueux, mais il paraît qu’on peut faire de la chirurgie esthétique pour ces choses là maintenant). Si l’habit ne fait pas le moine, le physique fait-il la personne ?

  9. GRRR c’est confirmé, mon com a été effacé…

    1/4 d’heure pour l’écrire !

    Eh bah tant pis, je te fais un com minable : la pudeur, c’est chiant. Mon chat est pas pudique. Les vêtements, ça trou l’cul !

    Thom… sûr que c’est la faute à la protection avec 3 caractères qu’il faut mettre en fin de message !

  10. Alors moi je trouve que tu es vachement pudique et qu’il y a un peu un retour a la pudeur aujourd’hui. Ex : sur les plages, on voit de moins en moins de monokinis … Moi je pratique le naturisme par exemple mais ca n’a rien a voir avec l’effeuillage ou quoi que ce soit. C’est juste que je n’aime pas avoir de marques de bronzage et que je ne vois pas le mal. Un tout petit bikini suggere plus et excite plus qu’un corps tout nu. En plus je vais sur une plage gay comme ca je suis tranquille !
    Par contre, je n’aime pas qu’on me voit lorsque je suis assise sur les chiottes, c’est perso ! En ce qui concerne les photos sur le net, je pense que c’est plus lie a un besoin de reconnaissance, de confiance en soi.
    Bisous Nina et ne te balade pas cul nu dans le bureau de choupinou ! 😉

  11. @nina.
    pour la photo un premier indice à ceux qui nous lisent….

    j’ai une bière a la main.

    Pour ma douce, t’inquiétes on me la fait pas mais eclà fait parti de la stratégie de la femme qui reste pure en toute occasion, belle fraiche et donc non ajssjettie à ces petits tracas…

    Pour les greluches, c’était anniversaires trop top, avec offrage (ou le néologisme) de vibro pingouin (mais ça marche comment ? gourdasse va), thème astral, crème anti ride et journal intime pré rempli… tout un coup je vois l’une passé la langue dans sa bouche et parler le caresse labiale, je monte le son et m’intéresse mais en fait non point de technique de fellation mais bien de roulage de pallots entre jeune filles à peine pubéres.
    Je sais pas si ça devenait enfin intéressant à 23.30 mais j’ai craqué avant.

    En plus il y aavit deux caméras, une qu balayait au niveau du sol de gauche a droite et de droite a gauche et qui était coupé par une en gros plan (qui passait d’ailleurs a la volée d’un fille a l’autre) pour eviter à mon avis de visonnage de touffe de ces demoiselles qui étaient toutes (je crois) en jupe et dans un décor moisi rose et sans la moindre musique d’ambiance….

    Dixit ma copine, on dirait une réunion entre filles de 17-20 ans….

  12. N’empeche que j’ai l’impression que lorsque l’on habite sur la cote on devient moins pudique. Par exemple, il arrive l’ete qu’entre collegue on aille au beach-volley. Moi je regarde, je ne joue pas trop. Mais pas mal de mes collegues feminines se changent devant tout le monde pour jouer. La ca me gene quand c’est lie au milieu pro. J’aimne bien mettre une barriere.

  13. Une bonne gastro ca enlève toute pudeur :p
    Ya aussi dans les régates sportives ou la recherche de place et le gain de poids font qu’il n’y a pas de toilettes dans les voiliers mais un simple un seau commun (qui sert à pleins d’autres trucs d’ailleurs) derrière une voile de rechange … C’est vrai également pour toutes les courses autour du monde qui sont médiatisées. Là la pudeur, elle en prend un coup 🙂

  14. moi et la pudeur tu sais …
    Comme je fais du posrt depuis petit je m’en fou un peu de montrer mon cul à tout le monde à la maison (en colloc) on ferme rarement la salle de bain donc souvent y’en unà n qui pisse pendant que l’autre prend sa douche et que le troisième se lave les dents… Bon j’aime pas trop chier avec du monde, masi ça c’est parce qeu j’aime bien être tranquille quand je chie.

    Après avec madame (ça arrive pas souvent allez pas vous imaginer des trucs) ça me dérange pas qu’elle fasse pipi quand je me douche c’est rarement l’inverse par contre
    etc etc etc

    BAO les gens

  15. « Et la pudeuuur ??? bordeeeel ! ». Je vous avoue que personnellement je ne suis pas spécialement pudique (je passe ma vie non professionnelle en calbut’) mais que j’ai aussi mes limites: l’autre jour apres une nuit chez une copine j’ai eu besoin d’aller faire popo au petit matin, ce qui a fait un vacarme effroyable, a croire que mon connard d intestin prenait un malin plaisir a me griller. Quelle honte putaiiiin !

  16. merde c’est parti tout seul ! Je disai donc: par contre ça ne me derange de pisser conte un arbre mais il ne faut pas que ça tourne a l exhib…

    Quand à voir ma copine faire pipi ou caca alors là ce serait tout simplement la fin des haricots… (par con,tre dormir a poil c est vachement bien….) Chacun est pudique à sa maniere !

  17. Ca fait 4 ans que je suis avec ma copine et on est toujour aussi pudiques l’un que l’autre.
    – Quand on va lire aux toilettes, l’autre pousse joyeusement le son de la télé pour que l’autre puisse « lire » tranquillement aux toilettes(le jour où on en arrivera à se parler pendant le truc, les poules auront des dents et des appareils dentaires)
    – On aime pas trop se brosser les dents ensemble. C’est hyper gênant de voir l’autre « se nettoyer ».
    – On ne se change jamais l’un devant l’autre.
    – On reste rarement nu très longtemps après avoir fait l’amour.

    Par contre, le coup de pisser joyeusement la porte ouverte en visant soigneusement le centre est un truc détestable chez l’homme. Mon coloc le fait et j’ai envie de me pendre à chaque fois que j’entends ça.

    Amis de la poésie, bonsoir.

  18. ‘tain aston ce n’est plus de la pudeur à ce niveau là … lol. Personnelement, je vais peut-être paraitre crade mais souvent, quand une conversation telephonique dure un peu trop longtemps, je me permet d’honorer le trone tout en gardant un air détaché … Malheureusement ca se termine souvent par : « Tu n’as pas beaucoup de meubles chez toi » … Faut bien s’occuper, ça me gave le téléphone !

  19. « Bah oui! A moins d’être super amie avec mes collègues, je me vois pas me foutre à poil devant elles » : Ah oui mais si c’était entre filles ça irait sauf que c’est devant tout le monde, collègues hommes et femmes, sur la plage. Oui, c’est marrant, on voit les gens sous un autre angle ensuite … lol

  20. C’est vrai que j’ai eu pas mal de petites copines qui sitôt l’acte terminé se jetaient littéralement dans leur petite culotte, laissant leurs seins à l’air juste pour être polies. Bordel je deteste ça ! Quand j y repense les petites copines que j’ai eues et avec qui on restait des heures nus a parler de tout et de rien après l’amour font systematiquement partie de mes meilleurs souvenirs. Un moyen de prolonger la complicité liée à cette étreinte tout juste terminée…

    Sur ces bonnes paroles je vais aller me coucher (tout seul, vive la France, m’en fous, je dormirai à poil quand même !). Bonne nuit mes petits canards.

  21. Pas bien nina, je pensais qu’une fille intelligente (dixit karma) comme toi avait une radio et pas de télé??

    Allez bao les gens..

    Uen fillem’a fat remarquer une fois que BAO= Bises Aux Orifices, mais ça c’est al version spéciale karma

  22. le promlème avec les journaux c’est que y’en a pas un qui est un avis de gauche à part l’huma et je trouve que l’info est pas super traité dedans 🙁
    Puis je suis fan de la radio moi 😉

    Gros bao nina

  23. Au début, c’est vrai que j’avais du mal à dormir nu avec ma copine. Mais finalement c’est vria que c’est mieux.

    PAr contre, me ballader nu c’est impossible…. J’y arrive pas… Heureusement, je me sens habiller avec un boxer ou un calecon donc c’est pas très grave

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *