J’’aime pas le dimanche

Au septième jour, comme il s’était bien décarcassé, Dieu décida d’arrêter là sa création et décida d’aller se reposer. Bon ok, créer le monde en 6 jours, c’est balèze, il avait bien le droit à une petite sieste. Mais voilà, le dimanche, du coup, c’est le jour du rien, le non-jour de la semaine. Et je l’aime pas.

Petite, les heures du dimanches qui s’égrenaient à une vitesse folle me faisaient penser à un ultimatum : bientôt la fin du week-end ! Il est 16h, tu dînes à 20, il te reste 4 heures pour faire tes devoirs… Bon, d’abord, je goûte. Puis après cette sacro-sainte pause (comme si j’avais interrompu mes devoirs pour ça, tiens, je les avais même pas commencés !) à base de
chocapic tout en feuilletant un magazine, je retourne dans ma chambre où je fais semblant de bosser, sauf quand j’ai un devoir à rendre. Dimanche 20 heures, devoirs rarement faits mais c’est pas grave. Moi, j’étais la rebelle du primaire, du collège et du lycée : jamais je ne faisais mes devoirs mais j’avais toujours de bonnes notes. Dégueulasse hein ? Reste que le dimanche, je n’aime pas ça, devoirs ou pas devoirs. Et encore, les devoirs, ça occupe…
Oui car que faire un dimanche ? Du shopping ? Ben non, les magasins sont fermés. Aller chez le coiffeur, l’esthéticienne, le docteur, l’agence immobilière, la banque ou je sais pas quoi ? Non, ils sont tous fermés. Oui, ils travaillent en même temps que nous, logique, me direz-vous. Tout ça, faut le faire le samedi. Bon, s’il fait beau et que nous sommes à une période de l’année où il fait bon, on peut aller se promener, prendre la voiture pour partir au fin fond du département ou chausser les baskets pour déambuler dans la forêt voisine. Mais, curieusement, le dimanche, il pleut souvent. Alors on glande, on ne regarde pas la télé car il n’y a rien. Vidéo-Gag, ça fait 15 ans que ça passe et se farcir les présentateurs entre les gags, c’est d’un pénible… D’ailleurs, ils ont bien fait de remplacer Bernard Montiel par M. Météo, j’ai pas vu la différence, ils récitent tous les deux de façon pénible et ennuyeuse leur texte. Là, y a une blonde en plus qui doit feindre l’enthousiasme mais c’est pas trop ça. Le public, maintenant, ce sont des enfants mais je me demande s’ils ont pas recyclé les images du public du Club Dorothée. Sinon, y a le maillon faible, rapidement lourd, 7 à 8, émission ni racoleuse, ni voyeuriste, Drucker qui roupille sur un canapé tandis que ses chroniqueurs font de l’auto-promo à fond. Par exemple, Philippe Geluck, personne qui m’énerve, il faut l’avouer : « oui alors M. l’invité, je vous ai fait un dessin du chat, vous savez, ma BD dont le volume 8 vient de sortir ! ». Bon, Geluck sort sa blague, souvent nulle et Drucker, à la fin, il fait le récapitulatif : « notre invité, Bidule, qui sort un film au cinéma le 7 janvier, Philippe Geluck dont le volume 8 du chat vient de sortir, vous pouvez retrouver Anne Roumanoff tous les soirs à une salle de spectacle et Jean-Pierre Coffe dans sa cuisine. » Soyons franc, cette émission résume parfaitement les ambiances de dimanche : c’est mou, c’est chiant, c’est morose. Et en plus, j’ai l’impression que le montage accentue encore cette impression.
Le dimanche, c’est se coller le nez à la fenêtre et regarder la pluie qui tombe. C’est soupirer quand on allume la lampe à 18 h car la nuit tombe : week-end déjà fini, on repart sur une nouvelle semaine. Ce n’est pas tant la perspective de cette nouvelle semaine qui commence qui me mine que celle de la semaine qui se termine. Cette semaine, j’aurais voulu finir mon roman, raté. Cette semaine, j’aurais voulu finir mes devoirs, raté. Cette semaine, j’aurais voulu appeler la mairie pour savoir comment je peux avoir le RMI, raté. Cette semaine, j’aurais voulu qu’il m’appelle pour me dire de le rejoindre chez lui, raté. Bref, les dimanches, c’est l’heure du mini bilan de la semaine : tout ce qui devait être fait et ne l’a pas été, ça fout la trouille. Et puis, y a le terrible constat : que s’est-il passé cette semaine ? Rien. Pas d’appel pour du boulot, pas de charmant jeune homme pour me consoler, Brad et Angelina sont toujours ensemble et Kenya ne sait toujours pas faire la vaisselle (ça m’arrangerait).Des fois, le dimanche soir, à l’heure du bilan, j’ai comme une boule à la gorge… Et à la télé, y a que des trucs pour me démoraliser encore plus, des émissions sur des meurtres, des crashs d’avions, des scandales, des ci, des là… Tous pas beaux, tous malhonnête, l’homme est un fruit pourri. Si, des fois, y a
Urgences. Cette série est un peu particulière pour moi puisque quand j’étais au lycée, on la regardait tous à la maison, papa, maman, Alice et moi. Plus tard s’est agrégé Guillaume 1er qui adorait. Je l’ai ensuite regardée avec Arnaud et Guillaume II. Et seule. Je me souviens de mon premier urgence seule, j’étais triste : le lendemain, je commençais la fac et je pensais au reste de ma famille qui regardait ça collégialement. Et moi, toute seule dans mon coin. En plus, Urgences, maintenant, c’est chiant. J’ai même plus le beau George Clooney pour faire passer mon cafard, j’ai plus qu’à aller me coucher.
Des fois, le dimanche, c’est repas de famille : ça égaie, mais c’est pire au niveau « sentiment qu’on n’a pas vu passer le week-end ». On apérote (hop, une coupette de champagne), on déjeune mais pas qu’un peu : entrée, deuxième entrée, des fois, plat, fromage, dessert, re-champagne, café. Comme aujourd’hui, un peu. Ma mamie et ma tatie sont venues, nous avons mangé joyeusement et pendant le café, alors que ma sœur et mon père avaient fui, ma grand-mère, pompette, raconte à quel point ma mère était une vilaine peste petite et ses sœurs, guère mieux. Moi, je
suis pleine à craquer et le champagne fait des bulles dans mes yeux. Ca pique, la meilleure façon de les soulager, c’est de les fermer. Oui, d’ordinaire, moi, le dimanche, à midi, je dors, je ne mange pas. Donc le repas s’éternise, ma tête s’appesantit et le temps qu’on finisse, qu’on débarrasse et tout ça, c’est 17 heures. Qu’as-tu fait de ton dimanche ? Bah, j’ai mangé.
J’aime pas le dimanche. En plus, dans ma famille, ils décèdent toujours un dimanche. Mon grand-père (je n’étais pas née), mon autre grand-père, mon oncle, ma tante… Ils ont tous trépassé un dimanche, c’est comme ça. Quand le téléphone sonne un dimanche et que mon père n’est pas de garde (ce qui arrive relativement rarement, il faut l’avouer), ma mère a un peu peur. Je me souviens la dernière fois que quelqu’un est mort dans ma famille : un dimanche ensoleillé, tout va bien, on déjeune tranquillement à trois (ma sœur étant à Londres) quand le coup de fil retentit. On abandonne tout sur place et, depuis, on n’a jamais plus mangé de poisson aux petits légumes.
Le dimanche, c’est aussi le jour où je me sens sale. Comme je sors pas, je fais le minimum d’effort : en jogging, un coup de brosse histoire d’éviter les nœuds et pas de maquillage (pourquoi faire ? Séduire George Clooney à travers la télé ?). Je traîne, je glande et le soir, je me sens cra-cra. Alors que je n’ai rien fait de physique ou salissant (parce que quand je le
fais, je me lave, du coup). C’est juste parce que je suis en négligée et que je ne suis pas si habituée que ça à ne pas être parée. Et qu’en plus, j’aime même pas ça, être en jogging parce que ça fait sac à patates et je me sens moche.
Un nouveau dimanche se termine. Cette semaine, j’ai eu une hypothétique proposition de stage (à suivre), j’ai appelé un beau garçon et papoté une heure avec lui, j’ai eu une idée fantastique, j’ai eu des cadeaux d’anniversaire tout plein. Mais les gens m’ont pris une taille (voire deux pour certains vêtements) en trop sur les fringues (pas vexant du tout), j’ai bouffé comme dix en culpabilisant parce que si on me prend des tailles en trop sur les fringues, c’est que je dois ressembler à une baleine. Brad est toujours avec Angelina (oui, ma mère lit Voici donc j’ai pu le
constater), Kenya roupille au lieu de faire la vaisselle et j’ai fait un rêve cette nuit qui m’a rendue tristoune et perplexe pour la journée.
Foutu dimanche !
Rendez-vous sur Hellocoton !

20 réflexions au sujet de « J’’aime pas le dimanche »

  1. le dimanche, il y a la saga du dimanche sur m6, 5 heures de téléfilm sur tout l’après-midi. LE concept loose par excellence, d’autant qu’en général c’est du danielle steel ou un vieux nord et sud avec patrick swayze. mais c’est rigolo. et puis un lendemain de cuite, redoutablement efficace. deuz’ au fait.

  2. le dimanche on se sent sale, mais ça fait presque plaisir je trouve. le truc jouissif c’est d’être crade un maximum tout le dimanche. saga du dimanche en mangeant des trucs gras ou en buvant des choses purifiantes (tout dépend si c’est lendemain de grosse semaine de boulot ou lendemain de cuite), en jogging, pas coiffée, puant la transpi (virgo en mode ultra sexy).
    puis vers 18h tu décides de te reprendre en main. genre la totale : bain de 2 h, lavage de cheveux avec masque, épilation, gommage de peau, manucure, pédicure, tout ce que tu veux, mais quand t’attaques le lundi, tu te sens top model…
    non, le dimanche c’est pas top, mais largement récupérable!

  3. Oulala, ca fait 3 articles a lire d’un coup, je ne suis pas en greve mais ca ne va pas avancer vite cet apres-midi ! Heureuse de constater que tu n’as pas perdu le rythme malgre l’interruption de service. Bisous Nina …

  4. Bon moi j’avais déjà lu tes articles en admin 😉

    Mais moi non plus j’aime pas le dimanche, en général je suis en pleine gueule de bois alors c’est nul… quoi que ce dimanche là j’ai baisé toute la journée un beau jeune homme 😉

    Qui t’as offert des vêtements trop grands?

    Bisous

  5. Ouais… ça me vexerait aussi…

    😉

    Mais moi c’est l’inverse ma mère m’achète du 40, et là je suis obligé de lui dire « maman que j’aime merci, mais je fais toujours un 44!!!!!) pffff

    En même temps moi suis un mec, alors je m’en fou….

  6. L.A. dit :

    le début de ton article m’a fait penser à la chanson « les dimanches à la con » de Renaud… c’est marrant comme les dimanche paraissent tous semblables!! et pour tout le monde!!

  7. nico do breizh dit :

    techniques ancestrales pour passer de bon dimanche:
    -se réveiller à 17h26, du coup reste pas grand chose pour s’emmerder.
    -pratiquer un sport (en général collectif) entre le match la douche et l’apéro ça prendre 3h.
    -cuisiner pour le soir (s’arranger pour avoir des invités plus de motivation pour se mettre au fourneaux).
    -avoir un ou une chérie et faire l’amour toute la journée.
    -avoir envie de finir un bouquin du coup tu lis toute la journée.
    -aller se balader même sil fait pas beau (sauf si c’est la fin du monde quand même).

  8. panpan dit :

    Oui le dimanche est souvent le jour le plus déprimant de la semaine. Je me retrouve parfaitement dans cet article, je me suis toujours profondément ennuyée le dimanche, rien à la télé (comme souvent), pluie, fin du week end, cours le lendemain…Bref, rien d’exaltant…
    La meilleure chose à faire ce jour là est encore dans la mesure du possible de rester sous la couette avec son amoureux!….ou avec son chat et un bon livre! 😉

  9. Romain dit :

    Moi je fais dimanche cinéma: je regarde plusieurs divx à la suite alongé dans le canapé, en robe de chambre avec le chat qui fait des câlins…

  10. Romain dit :

    Mais tu n’as même pas une seule petite passion que tu n’as pas le temps d’assouvir pendant la semaine et qui te permettrait d’occuper ton dimanche ?
    (t’améliorer en dessin par exemple… 😉

  11. panpan dit :

    je suis d’accord avec Romain, le dessin et la peinture sont de bons moyens d’occuper ses dimanches! Enfin moi j’adore ça…;)

  12. aston dit :

    Généralement, je me tape 3 bonnes heures de train le dimanche. Ce qui, ajouté aux 2h de métro-rer-bus, me fait 5 h de transport. Sachant qu’une heure de transport équivaut à 2 heures de glande dans la dimension du « le temps n’avance pas », ca me fait un dimanche de 29h… bref, les dimanches, c’est bien le truc qui m’empêche à jamais d’aimer jésus…

    Sinon, c’est bizarre ton histoire sur la mort qui n’arrive que le dimanche. Parce que chez moi, la mort ne survient que la nuit par un coup de téléphone (oui, elle est moderne la mort chez moi. Mai sassez impolie d’appeler aussi tard). Et depuis, mon coeur a ce réflexe trs pavlovien de s’exciter à chaque coup de fil en pleine nuit.

  13. Arnaud dit :

    Tout à fait d’accord, le dimanche c’est tout simplement horrible comme journée ! Je me rapelle que plus jeune c’etait TOUJOURS la seule journée de la semaine ou il pleuvait. Du coup maintenant je me demerde pour etre explosé le dimanche: beuverie monstre la veille ou regardage de merde à la télé le samedi jusqu a pas d heure. Ca ne resoud rien, mais c est un palliatif assez éfficace.

  14. Je déteste le dimanche tout autant que toi. (sauf pour les décès)

    Bon anniversaire !! (attends la je comprends pas. Je me fais ton blog tous les jours et j’ai raté l’annonce ??! ou alors c’est pas ton anniv et les cadeaux je pige pas ce qu’ils font la…tain je suis crevée)

    Pis j’aimerais bien comprendre un truc si quelqu’un peut m’aider, je vais jouer ma blonde. Les jours de notre calendrier nous viennent de l’antiquité. Lundi pour Lune, Mardi pour MArs, Mercredi pour Mercure, Jeudi pour Jupiter, Vendredi pour Venus, Samedi pour Saturne, et dimanche inconnu ! Alors ou je me tappe la honte en vous racontant un truc complétement érroné, ou alors il y a vraiment une malédiction sur le dimanche !

    Voila désolée.

  15. Arnaud dit :

    Peut être dimanche est la contraction de « dis donc qu’est ce qu’on peut s’emmerder comme des manches ».

    Pour en revenir à mon remede miracle c’est vrai qu’apres tu en turbochie pour t’endormir, ce qui fait parti du package « le dimanche est vraiment une journée de merde ». Cela dit quand tu dors accompagné(e) la solution est toute trouvée…

  16. Anne dit :

    « Mais les gens m’ont pris une taille (voire deux pour certains vêtements) en trop sur les fringues (pas vexant du tout), j’ai bouffé comme dix en culpabilisant parce que si on me prend des tailles en trop sur les fringues, c’est que je dois ressembler à une baleine. »
    –> Je suis dsl ma Nina pour avoir choisi la mauvaise taille, toutes mes excuses, j’ai gardé le ticket tu pourras aller changer la jupe. Tu ne ressemble pas du tout à une baleine, je ne sais pas pourkoi tu dis ça, c’est un peu vexant pour les personnes qui font du 42, ce qui n’a rien d’extra-ordinaire ni de laid, voyons!! J’espère que tu ne m’en voudras pas. Je te renouvelle mes excuses. A bientôt. Bisous. Anne

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *