Je baise donc je suis… ?

Dans notre entourage, nous avons tous la personne qui ne se lasse de nous raconter ses exploits sexuels, en long, en large et en travers, nous énumérant avec plaisir les détails scabreux. Au mieux, c’est gênant, au pire, c’est franchement insupportable…


 Souvenez-vous, la nympho ex-copine d’Anne dont je vous avais parlé, celle qui arrive et qui lance : « ouah, j’ai testé la sodomie, c’est trop génial ! ». Mais qu’est-ce qui peut pousser une personne à annoncer un truc pareil à une tablée dont elle ne connaît qu’une personne ? De la même façon, Guillaume mon ex m’avait parlé une fois d’une fille qu’il connaissait à la fac (avant que je n’arrive, ouf !) qui racontait tous les détails de sa folle vie sexuelle avec son copain, genre « ohlala, on l’a fait dix fois ce week-end dont une fois sur la table basse, une autre dans la salle de bain… ». Il m’a expliqué qu’il a rompu les liens avec cette demoiselle le jour où elle a raconté que pendant que son copain baisait une nana dans la chambre, elle s’était faite attraper par le chien. Là, j’avoue que je n’étais pas là quand cette fille a raconté ça mais j’ai parfaitement compris pourquoi il l’avait viré de son entourage…

Pourquoi les gens se mettent à raconter en détail leur vie sexuelle ? Honnêtement, parler sexe, c’est plaisant, j’aime bien, mais je parle de sexualité, pas de ma sexualité… Je me vois mal expliquer le plus naturellement du monde que mon brouetteur m’a fait ci et ça puis ça et là, j’ai joui comme une folle. Déjà, je trouve ça très prétentieux de penser que les détails de ma vie sexuelle puisse intéresser les gens. Parler de sexe en général, oui, parler de sexe pour révéler toute une intimité, non. On s’en fout de savoir que Paul et Stéphanie pratiquent régulièrement la position dite du ciseau maltèque sur la table du salon… D’ailleurs, après, on sera bien dégoûté à chaque fois qu’on mangera sur cette fameuse table. De plus, raconter les détails croustillants de mes ébats, c’est, quelque part, trahir la confiance de mon partenaire. Il y a quelques années, ma sœur fréquentait une pintade finie et une autre nana. Bon, il y eut un gros clash entre elles trois, ma sœur d’un côté, les deux autres de l’autre. Ma sœur fut victime de quolibet, elles la surnommèrent « PQ », sans que
personne ne comprenne pourquoi et leur classe (école de commerce, quand même, on n’était plus au collège) était divisée en deux. Bref, pendant cette gue-guerre ridicule, les deux étaient très complices au point qu’elles se racontaient tout. La fille plutôt sympa mais naïve et influençable calquait sa vie sexuelle sur celle de l’autre pintade au point qu’un soir, elle voulut mesurer le sexe de son petit ami pour comparer avec celui du copain de ladite pintade… Alice nous racontait donc ça lors d’un repas dominical où Guillaume était présent, moi, je m’esclaffais : « Mais qu’elle est conne ! ». Après le repas, Guillaume me dit : « tu sais, j’espère que tu parles pas comme ça à tes copines de ce qu’on fait tous les deux, ça me gênerait… ». Honnêtement, je n’ai jamais su combien mesurait le sexe de Guillaume ni d’aucun de mes amants vu que je me suis jamais amusée à mesurer mais je vois pas ce que ça pourrait amener au débat de déclarer : « mon mec a un pénis de 20 centimètres ! ». Au mieux, j’ennuie les gens en ma présence, au pire, ils me prennent pour une mytho (mais ça existe un pénis de 20 cm et même plus !).

Evidemment, je raconte parfois des anecdotes amusantes comme la fois où Guillaume et moi étions en pleine action dans ma chambre chez mes parents, nous étions seuls dans la maison… Tout à coup, la porte s’ouvre et grince, raaaaaaaaaah ! On stoppe tout, on se bloque et… ben, c’était juste un courant d’air mais ça nous a beaucoup fait rire ! Bon, voilà, ça, c’est amusant et ça ne dérange personne. J’en ai plein mes tiroirs des anecdotes comme ça mais là n’est pas le sujet de l’article.

Alors pourquoi des gens se sentent obligés de tout nous raconter, ne nous épargnant pas le moindre détail sordide ? Est-ce par obsession du sexe ? Non, je ne crois pas : je connais des gens qui ont une sexualité riche mais qui racontent succintement. Prenez Gauthier, par exemple : si vous relisez ses articles sexuels, vous remarquerez qu’il ne s’étend pas sur les détails et nous lui en sommes tous reconnaissants ! Donc ce n’est pas ça… Alors quoi ? Est-ce un relent de l’adolescence ? Vous savez, à l’adolescence, il y a une espèce de phase où pour être « in », faut parler cul, tout le temps, sinon on est relégués dans la case « coincée du cul ». A l’adolescence, où l’on cherche désespérément à informer la terre entière que « on l’a fait ». Je me souviens d’une fille que je n’aimais pas du tout en terminale qui était avec moi en cours d’italien. C’était de la pintade pur jus, celle-là, une vraie de vraie, genre la fille qui est au bord de la crise de nerf parce qu’elle a perdu son miroir de poche et qui se repeigne en examen (véridique pour les deux). Donc un jour, nous attendions la prof d’italien qui ne venait pas, pour changer, quand pintade première se mit à hurler : « Oui, moi, ma pilule, je la mets sur ma table de nuit pour pas oublier ! ». Avec Cécile, on se regarde et on se met à hurler : « Et tes capotes, tu les achètes où, toi ? ». Foutage de gueule ? Oui, complètement, surtout que j’ai appris plus tard que la pintade était, à ce moment-là, vierge…

Ainsi donc, parler de sa sexualité serait une façon de montrer que nous sommes libérés, loin des tabous de certaines franges de la société ? Peut-être mais je ne suis pas sûre… Il y a, certes, une certaine volonté d’appartenance : je vais parler cul à des gens qui m’ont l’air branchés sur le sujet pour intégrer leur bande. Ceci étant, parler sexe, c’est bien mais on aime bien changer de sujet, de temps en temps. Avec Gauthier, on parle politique internationale, avec Anne, boulot, avec Lucie, de nos perspectives d’avenir… Bref, une personne qui ne me parlera que du cul risque de m’ennuyer très vite. De la même façon, les personnes qui font en sorte qu’on ait l’impression que leur vie ne tourne qu’autour
du sexe, qui passent leur vie à traîner dans les sex shops, de regarder des films X… et qui nous le racontent au cas où on n’aurait pas compris, ces personnes qui devraient se balader avec un T-shirt : « j’aime le sexe » pour qu’on comprenne bien l’idée, ces gens-là me fatiguent vite. Oui, le sexe, c’est agréable, c’est super… Mais y a pas que ça non plus donc change de disque… Et arrête de nous faire croire que tu adores ça, on va finir par trouver ça suspect…

Mais je crois que l’explication ne réside pas là. Souvent, les gens qui ont une vie sexuelle débridée et qui en parlent à longueur de temps sont des gens peu sûrs d’eux… C’est du moins l’impression que j’en ai. Et si ce n’était pas « je baise donc je suis » mais « je baise donc je plais » qu’il faut dire ? Là, je crois qu’on touche un point essentiel. En parlant à tout le monde de sa sexualité, la personne prouve qu’elle plaît à qui en douterait : « ouais, ok, je louche peut-être et j’ai les
pieds palmés mais je me suis tapée trois mecs en une semaine, tu peux en dire autant ? » Heu… non mais en même temps, je trouve ça pitoyable de le clamer à qui veut l’entendre ! De plus, je ne crois pas qu’avoir une sexualité débridée avec un tas de mecs différents soit une garantie de notre beauté ou de notre sex appeal… Beaucoup de filles ont une réputation de
« chaudasse », entretenue par leurs discours sur le sexe, d’ailleurs. « Moi, je baise tout ce qui a un pénis ! ». Et bien le jeune homme qui entend ça et qui n’a pas vu une femme à poil depuis quelques temps va lui sauter dessus sans se poser de question ! Est-ce qu’elle lui plaît ? Peu importe, une fille comme ça veut juste se faire tirer : une fois utilisée, on la jette, on s’en fout. Personnellement, c’est pas quand je passe la nuit avec un type qui cherchais avant tout un coup à tirer que je me sens la plus belle. C’est plutôt quand mon partenaire attend de moi un peu plus qu’une simple brouette, que ses sentiments pour moi sont sincères. Là, oui, je me sens belle.

Quoi qu’il en soit, si vous êtes du genre à raconter votre vie sexuelle dans les moindres détails, sachez que c’est plutôt gonflant…

Rendez-vous sur Hellocoton !

51 réflexions sur “Je baise donc je suis… ?

  1. Tout à fait d’accord, ça ne sert à rien d’en parler pour se vanter!
    Par contre raconté les anecdotes qui ne blessent aucun des partenaires, là c’est marrant!

    Par contre la personne qui pratique beaucoup (ou régulièrement au choix) n’a pas besoin d’en parler pour attirer de potentiels partenaires, les phéromones dégagées constituent un piège olfactif bien plus puissant que le parfum…

    Le titre de l’article aurait donc du être « plus je baise, plus j’attire » (sans jeux de mots)

  2. j’approuve ce que tu dis, dans le domaine sexuel, restons-en aux généralité, sinon c’est comme un film porno, ça a la délicatesse d’un étal de boucher!
    Sinon je te félicite: écrire un article bien racolleur à cause du retard de quelques uns que nous ne nommerons pas en si peu de temps, cela dénote d’une certaine efficacité! tu serais pas journaliste par hasard, parce que je suis à la recherche ………
    😉

  3. Je ne suis jamais tombé sur de telles « perles », cela doit friser le ridicule… C’est toujours tellement marrant de s’amuser avec les mytho (mais com tt jeu débile, on se lasse vite..)!

  4. Curieux, comme post … mais interressant …
    J’ai poster a maintes reprises des choses sur les généralités … ou plutot sur les idées du sexe moderne (Auquel je n’adhére pas …. )
    Cela dit … je ne crois pas ce post sincére …. mais c’est tres perso …
    conviallement

  5. Comme qqn la déjà dit, je pense que plus on en parle et moins on en fait.

    Maintenant, j’avoue que de pété à la figure une bonne phrase bien salace du genre,
    – Alors t’as testé le touché rectale? (en gardant un air super sérieux)
    Pour se faire remarquer et chahutter les copains c’est du plus bel effet. Mais il faut reconnaitre que ce genre de blague ne se pratique pas partout. Et il faudrait pas se méprendre sur la réalité des choses: il s’agit d’humour!

    La communication … une discipline difficile …

  6. Je ne suis pas convaincu, Nina, que tu sois vraiment la mieux placée pour faire la morale à ceux qui parlent de leurs histoires sexuelles. Certes, tu ne décris pas en détail chacun de tes actes, mais le terme « brouette » revient plus souvent ici que dans un blog consacré au bâtiment ! En lisant ce blog en détail, on pourrait presque en extraire un tableau Excel avec tes divers amants, ou encore ceux de tes amis co-auteurs…Tu parles de politique internationale avec Gauthier ? C’est que vous avez un sujet de prédilection entre vous deux. D’autres parlent de cul.Moi-même, je parle de fesses, de rencontres, de sexualité, mais — tout comme toi — je ne m’étends pas (jamais) sur les détails de ma vie sexuelle, d’ailleurs pour les mêmes raisons, la principale étant que cela implique nécessairement les autres personnes (je doute que quiconque s’intéresse à mes branlettes…), et ceci malgré elles. Bref, ça ne me paraît pas très sain.Bien sûr, je pourrais parler d’informatique ou de jeux vidéo, mais en dehors d’un cercle d’amis qui ne parlent que de ça (au secours !), ça n’intéresse personne, alors qu’annoncer que seulement 3 % des femmes qui n’ont pas franchi le pas fantasment sur la sodomie attire nécessairement tout de suite plus de monde. Il y a ceux qui se félicitent et se sentent honorés que leur copine ait franchi le pas avec eux, et aussi celles qui se donnent bonne conscience, se trouvant tout d’un coup « normales »…Non, vraiment, je pourrais te parler de l’influence de la guerre en Irak sur l’économie française, comment j’ai vécu le post 11 septembre en tant que chef d’entreprise informatique française travaillant pour un client américain, de l’impact sur les voyages en taxi ou encore, autre sujet brûlant, les 35 heures, et tout le monde s’en moquera bien. Au mieux, on t’écoutera, et comme ça virera nécessairement du côté de la politique et des idéaux, cela va déraper dans une dispute stérile. Non, vraiment, je préfère parler cul…

  7. Je ne crois pas que le problème vienne de parler de sexe mais de ne parler que de sexe. On connaît tous des personnes qui ont leur petite obsession (grand-mère, bourse, enfants). Faut juste éviter de se retrouver coincer avec eux, quelque part où on ne peut que les écouter (avion par exemple).
    Soit on accroche, soit on raccroche.

    Le sexe peut avoir un petit côté gênant, mais à la longue tous les sujets sont ultra ennuyants.

    Hé hé hé … l’article ne vous a pas fait penser à un film ? … mais si ! Le dîner de cons ! Le film où l’on a tout appris des maquettes en allumettes !

    Bref, un con reste un con, qu’il parle de sexe ou d’autre chose.

    ^__^ Normalement je lis sans poster mais là on *attaquait* un de mes anciens sujets de conversations favoris…

  8. Mdrrrrr Nina ….
    tes sommentaires sont a la hauteurs de cela que tu cherchais ?
    Certains parle de leurs affaire de cul, certains bien …. un de desvingtenaires fort bien ! vrai ses histoires ? m’en fou … il parles cul et parle amour, tristesse ou detresse … voila ce qu’est pour moi le blog …
    Mais j suis trentenaire …
    grave doc ?

  9. Merci Nina pour ce bel article!

    Donc il y a parler cul, et parler cul… Entre nous on en parle librement, combien de fois j’ai pris mon tel pour raconter à Mister Big ou à Océane la brouette que je viens à pein de terminer (le code entre nous étant « je viens de remettre ma culotte » ou « il est encore dans l’ascenseur »… Mais après quand on est en public on en parle certes, tout le monde aime parler de cul, mais de façon générale, dire à x ou y « ouais putain hier je me suis fait sucer ça fait du bien » perso je vois pas l’intêret.

    Ici on parle à 95% de cul, je suis d’accord (et pê même plus), mais on parle de tout ce qu’il y a autour, et pas uniquement de zizi dans une chatte…

    Voilà, ça ne va sûrement pas élever le débat (en tout cas j’espère pas), mais ça fait du bien lol

    Bisous les gens.

    Ps : Nina t’étais de mauvais poils quand tu l’as écris celui là? je te trouve vindicative par moment (je tiens à préciser que l’ortographe du mot compliqué de la phrase précédante et totalement approximative)

  10. Si on ne peut plus parler de sexe, tu vas détruire mon fond de commerce, là, hey, ho 😉

    Plus sérieusement, je trouve que les filles racontent souvent beaucoup plus en détail leurs rapports sexuels que les mecs. C’est empirique, hein, je parle uniquement de mon entourage et des gens que j’ai connus.

    Mais bon, honnêtement, le maximum qu’on pourra dire, nous (et encore, si on nous chauffe bien avant), ce sera: « ouais, elle était bien » ou « j’ai passé une super nuit » voire même « celle-là, franchement, c’est un trop bon coup » (cf définition du bon coup, pub, pub). Mais niveau détail, peaudzob.

    En face, on a des filles qui vont disserter des heures sur « alors il a fait ça, puis il a voulu faire ça, au début je comprenais pas vraiment ce qu’il essayait de faire, je veux dire, il est mignon mais bon c’était un peu maladroit, heureusement quand j’ai compris je l’ai un peu aidé et finalement c’était pas si mal que ça, mais là où j’ai vraiment aimé, c’est quand il a fait ce truc, là, tu vois ce que je veux dire ? Bah ça m’a rendu folle ! Franchement, j’étais trop inquiète pour la première fois avec lui mais on se décoince vite, finalement. Par contre, tu crois que je devrais accepter la sodomie ? Parce que, je veux dire, il a l’air complètement braqué dessus, alors que ça m’a pas trop enthousiasmé quand j’ai essayé avec Boris, mais si Boris, tu te rappelles pas, le gars dont je t’ai parlé la dernière fois, celui avec la bite de 20cm, je te jure, quand je l’ai vue je me suis dit, toi mon gars, t’as intérêt à savoir t’en servir, parce que sinon à l’agiter comme ça tu vas finir par me faire peur et… »

    Fin de la citation pour épargner la place sur over-blog 😉

  11. >Ralphy, j’ai lu tout ton comm’. Comme quoi, ça peut être aussi intéressant un sujet sérieux. Mais pour la détente, c’est vrai que les articles plus « légers » ont ma préférence (sans compter que parfois sur les vingtenaires, il y a du fond) 🙂

  12. « je suis un peu tendue du slip, en ce moment »

    Je suis mort de rire à rouler par terre ;o)

    « Est-ce que je vous parle de mon vagin, moi?? 😉 »

    Non, mais alors si on n’a pas encore compris qu’il faut te baillonner pour avoir la paix lorsqu’on te « brouette », c’est qu’on est aveugle.

    Ne te méprens pas. Les filles expressives, j’adore ! Dis toi que c’est une déformation professionnelle. Tu te dois d’être expressive et communicative dans toutes circonstances. Ceci explique cela

  13. « Pourquoi les gens se mettent à raconter en détail leur vie sexuelle ? » : pour se vanter? pour se sentir « normal » par rapport aux autres? pour montrer qu’il n’ont pas de tabou?

    « trahir la confiance de mon partenaire » : entièrement d’accord, tout comme quand l’un des deux partenaires se « moque » de l’anatomie de l’autre, auprès de ses amis ou autre. Il y a certaines choses qu’il faut savoir passer sous silence.

    « obligés de tout nous raconter, ne nous épargnant pas le moindre détail sordide ? » : peut être un relent de l’adolescence comme tu dis. Sinon, je pense qu’il y a aussi une éducation différente enfants/parents, si les parents parlent devant les enfants de leurs positions graveleuse tout le temps, les enfants trouveront çà normal de parler comme çà dans la vie de tout les jours et avec tout le monde.

    « j’ai appris plus tard que la pintade était, à ce moment-là, vierge » : je pense que c’est souvent le cas pour les personnes qui le crient sur tous les toits du contraire. Comme tu le disais plus haut pour être IN. Quand tu es à l’école, une mauvaise réputation à vite fait de te pourrir la vie. Certaine personne ferait n’importe quoi pour le pas tomber dans la case « coincée du cul ». Un peu comme si elle avait peur de tomber de leurs pied d’estal.

    « une personne qui ne me parlera que du cul risque de m’ennuyer très vite » : il en va de même pour les blogs.

    « la personne prouve qu’elle plaît à qui en douterait » : très bonne remarque, il est vrai que la parallèle est facile à faire.

    Ralphy > « mais le terme « brouette » revient plus souvent » : justement, le mot brouette marque un peu la limite. Sur la plupart des articles, ils parlent avant et après la brouette, mais pas de la brouette.

  14. « une personne qui ne me parlera que du cul risque de m’ennuyer très vite » : il en va de même pour les blogs »

    Attaque perso ? ;o)

    « Sur la plupart des articles, ils parlent avant et après la brouette, mais pas de la brouette »

    C’est sûr que c’est ce qui est attachant avec Nina. Elle ne parlerait que de cul sans sentiment, son blog serait proche du zéro absolu niveau intérêt pour moi. Ce qui m’intéresse plus, c’est de voir qu’elle y met du coeur et du corps, le tout avec un certain talent dans la narration. Ca mérite le respect. Après c’est sûr qu’à force d’être sollicité de part et d’autre par les commentateurs, elle doit se sentir un peu envahi mais c’est la rançon du succès. Moi, je la trouve vraiment attachante. C’est ce qui m’incite à revenir la voir périodiquement.

    NINA, ON T’AIME ;o)

  15. Stéphane >
    « Attaque perso ? ;o) » : non, la remarque était à prendre dans le sens général. Comme la plupart des com que je laisse.

    « un certain talent dans la narration » : entièrement d’accord avec toi et tout ton paragraphe.

  16. Le sexe, c’est intéressant s’il y a quelque chose autour (une femme par exemple… hum, désolé pour la bonne éducation).

    Sérieusement, c’est quand c’est subtil et par petites touches que ça prend tout son intérêt. Sinon, ça tourne à la conversation technique, et là, c’est autre chose, ça peut être à la rigueur utile entre copains ou copines pour penser à de nouveaux trucs… Mouais… chuis même pas convaincu, les bouquins expliquent souvent beaucoup plus et beaucoup mieux ces choses.

    Le dossier dans courrier international, j’ai lu aussi. C’est vrai que c’est impressionnant de voir avec quelle rapidité le comportement sexuel des jeunes filles évolue dans certains pays.

  17. moi ce que j’aime bien sur ce site c’est la brouettitude de tout le monde mais sans vulgarité et pornograffiti. et puis il y a une certaine émulsion de vie dans ce blog. Nina Web-star!!!!

  18. I like to watch .

    je pense ausi que parlez sexe permets aux gens de confronter leur sexualité avec celle des autres.
    je parle pas souvent de ma sexualité et quand je le fais c’est a bon escient. POur faire réagir la personne en face et confronté aussi son expérience ou autre….

  19. Bonjour, voici un des articles que je préfère ici. Pour une fois j’ai l’impression de lire un journaliste, et non pas un blog.
    Certes il est loin de l’humour légèrement grivois qui se dégage de la majorité des autres articles.

    Stef tu (je tutoies hein) réponds a mon sens judicieusement à la question du Pourquoi. (« Pourquoi les gens se mettent à raconter en détail leur vie sexuelle ? » : pour se vanter? pour se sentir « normal » par rapport aux autres? pour montrer qu’il n’ont pas de tabou?)
    Le hic, c’est que ceux qui s’expriment ne représente pas la majorité des gens, et pour certains cela peut complexer : Mince il dit qu’il c’est taper 5 nanas en une semaine, moi c’est une en dix ans…

    Et l’effet blog n’en parlons pas. Combien sont ceux qui étalent leurs frasques sur le net, sous des couverts de l’anonymat. La nous en revenons à un autre de mes articles préférés ici, celui justement sur les blogs.

  20. Mon ex-colloc était comme ca des qu’il a eu sa copine.
    L’appartement se transformait en baisodrome pour eux des qu’elle etait la le we et le lundi matin on avait le droit à tous les details (des fois que j’ai mal compris). D’ailleurs encore maintenant j’y ai le droit de temps en temps…
    Si il savait ce que j’en ai à f… D’ailleurs ca a tendance à me faire flipper maintenant quand je les invite un we. J’ai peur qu’il y ait fornication un peu partout dans mon appart.

    Sinon, c’est en effet un grand timide et depuis qu’il a sa copine (3 ans) ca va beaucoup mieux. A croire que ne pas avoir sexer crée une inhibition un sentiment d’anormalités chez les gens.
    Quand on lit des bouquins du genre de celui sur les ESC (« sexe, argent et ecole de commerce » je crois) ca banalise le sexe, les parties à plusieurs, etc. alors que c’est loin d’etre un comportement généraliser….

    Dernière remarque, les mecs entre nous parlons peu de sexe par contre entre filles c’est le cas (j’ai meme du utiliser mon droit de veto vis à vis de ma copine :/)

    PS : je suis quel numero ?

  21. Bonjour Nina… Bon, cela fait peu de temps que je lis des blogs, et je dois dire que le tiens est un de mes préférés… et ce n’est pas parce que je suis un obsédé ou que je suis Toulousain ou autre… Juste je m’y sens bien (si on peut comparer un Blog à un lieu…)
    Bref, pour ce post, je me suis senti envahi d’une irrépressible envie de donner une petite réponse et un commentaire… Alors deux choses:
    première, il m’est arrivé, ambiance aidant, de m’épancher sur certaines prestations amoureuses et sexuelles auprès de gens que je croyais des amis… et je m’en mords encore les doigts aujourd’hui. Car en 4 ans, l’une des anecdotes citées revient régulièrement sur le tapis, et en plus par des personnes qui n’étaient même pas présent lors de la conversation première sur le sujet (bon, j’ai aussi une réputation de grande gueule) alors du coup, cela surprend… donc, maintenant, je suis une vraie tombe sur ce genre de sujets…
    Deuxièmement, pour revenir sur le fait d’une banalisation des récits sexuels, je pense que c’est une évolution de la libéralisation actuelle… Le porno se généralise tout simplement et des séries (aussi plaisantes soient elles) comme Sex and the city dans laquelle les brouettes sont suggérées, voir montrées, le sexe largement exposé, et les pratiques largement abordées avec des phrases du genre « ma chérie, si ton marco est un roi du broute minou, il faut que tu me le présente! » pullulent, je ne vois pas pourquoi des personnes peut être mal inspirées sur le moment ne déclareraient pas tout de go « hier, j’ai enfin étée sodomisée pour la première fois, quel pied! » à une tablée d’inconnus…
    Cela dit, Sex and the city est une série que j’aprécie bcp…
    Voilà, c’était ma participation au sujet énoncé… Bisous à toute l’équipe de la part d’un toulousain exilé à Aix en Provence.

  22. olivier >
    « (je tutoies hein) » : je t’en voudrais de me vouvoyer. 😉
    « Mince il dit qu’il c’est taper 5 nanas en une semaine » : non seulement çà complexe mais en plus rien nous dit que ce genre de personne dit la vérité. Honnêtement, qui connait une personne qui a 5 partenaire différents en une semaine? A moins d’aller dans des soirées partou… ou dans des club spécialisés, il est difficile, je pense d’avoir un tel rendement, à moins d’avoir la gueule de Brat Pit ou Angelina Jolie.

    Taz >
    « A croire que ne pas avoir sexer crée une inhibition un sentiment d’anormalités chez les gens » : c’est le cas, selon moi! Et c’est encore pire quand tu entends toutes les personnes (voisins, amis, famille, …) le faire ou qu’ils t’en parlent. Comment se sentir « normal », quand on ne pratique pas, quand on est permis des personnes qui a tes yeux ne font que çà?

  23. « Une nana qui se fait plein de mec c’est une ‘salope’ un mec qui se fait plein de nana, c’est jamais moi ! » Timist.

    Depuis que je navigue sur les blogs, il apparaît qu’énormément de ‘blogeur’ sont des bêtes de sexe qui en ont.

    D’un autre coté, qui fréquente les blogs de personnes ‘normales’, sans histoires croustillantes, et qui ne parlent que d’un quotidiens ?

  24. Entre mecs de temps en temps, on peut se raconter des choses mais ca reste un survol du genre « putain, c’etait vraiment top » .. le reste n’a pas d’interet … j’abonde donc dans ton sens chere Nina .

  25. ben je voulais juste dire que oui on peut parler de sexe sans pour autant dépasser certaines limites.. J’ai une copine (notez bien que je n’ai pas écrit amie..) je dors souvent chez elle (j’habite loin alors quand on sort c’est plus pratiques..bref) le maton quand le matin elle sort de sa douche j’ai le droit à un « hum.. j’ai mis le jet le plus fort et hum.. c’était bon! » heuuu.. franchement qu’est ce que je peux m’en foutre qu’elle prennes son pied sous sa douche?! en plus c’est systématique elle me le dit tout le temps.. (elle doit le pratiquer tout les jours..) et ben sachez que j’attends d’être rentrée chez moi pour prendre ma douche tellement ça m’a dégoutée! donc vive le sexe mais pas « oral »..

  26. Ptit-Pois > « j’ai mis le jet le plus fort et hum.. c’était bon » : elle fait peut être un premier pas vers toi, pour te dire qu’elle a envie de toi.
    Elle peut être des sentiments pour toi, que tu igniores.

  27. Nina/Steph -> Non je pense pas qu’elle ai des vues sur moi elle se fait tout les mecs possible et inimaginable.. de plus elle m’a deja dit qu’elle avait deja fait ça avec une fille et qu’elle avait pas trouvé ça géniale.. donc forte heureusement ce n’est pas ça (comme ça qu’on écrit fortE?).. De toute facon j’aime les hommes!!
    Ps: Tiens personne aurait une cigarette à me dépanner il est 3h01 le tabac est fermé..sniff..dur!!

  28. Je poste ici parce que le titre de l’article s’y prete…

    Il est donc 7h23, je sors de boite, j’ai qq verres dans le nez mais rien de bien grave, je suis encore très loin d’être saoul… Ce soir j’ai revu mon barman (quoi je ne vous en ai pas parler?) et là je vais le rejoindre chez lui.

    IL EST BEAU!!!!!!!

    Bisous les gens 😡

    Ps: je crois que je suis maqué, c’est grave? Mais non, ça ne dure jamais avec moi 😉

  29. J’ai bien aimé ton article et la référence à Catherine Millet. Chez moi, j’ai aussi parlé de l’outrage, pardon ouvrage, de CM. Il est intitulé: Le coït chic.
    Continue d’écrire comme ça! Amitiés de Sifranc le correcteur (qui te propose une petite révision quand même)

  30. Nina >
    « C’est curieux qu’il faille parler sexe pour être « in » » : tout ceux qui est « IN », ce sont les trucs d’adultes. Le sexe, fumer, l’alcool, je crois que les gens qui sont « in » cherchent à dire qu’ils ne sont plus des ado mais des adultes. Ce qui est complètement idiot, car ce n’est pas parcequ’on fait la même chose qu’un adulte, qu’on devient adulte. Si il suffisait de se prendre une cuite par en devenir un, depuis le temps cela ce saurait.

    « Mais à force de se vanter, je finis par douter de la véracité de leurs dires. » : çà me fait penser à un film « 7 ans de mariage » (je crois) ou un sexologue donnait à tas de conseils à ses patients pour « retrouver » le désir avec leurs femmes. Alors que lui même n’avait pas touché sa femme pendant plusieurs années.

    « je crois que parler que de cul serait une erreur » : je le pense aussi. Il serait domage que tu utilises ton … talent pour ne faire que çà. D’ailleurs ton histoire « Le petit garçon qui ne croyait plus au Père Noël » n’a pas eu moins de succès qu’un autre article.

    « si j’ai envie de vous parler de la culture des moules en milieu hostile, je n’ai pas à me retenir » : même pas cap’. 😉 Tout dépend de quelles moules tu as en tête. 🙂

  31. « Pourquoi les gens croient toujours que ça nous passionne, leurs histoires de cul ? » parceque le sexe fait parti des « sujets universel » qui est cencer intéressé tout le monde.

    « tu allumes tout ce qui bouge, tu peux avoir un partenaire par soir » : oui pour une femme. Une femme qui allume n’aura jamais beaucoups de mal pour trouver quelqu’un. C’est déjà moins vrai pour un homme.

  32. Ptit-Pois > « Non je pense pas qu’elle ai des vues sur moi » : si une femme me fait ce coup là, je ne lui laisserai pas le temps de terminer sa deuxième prestation. Pour moi, elle te provoque.
    « De toute facon j’aime les hommes » : raison de plus. Elle pourra dire qu’elle l’a fait avec un homo. Et le top du top, pour elle, serait de pouvoir dire un jour qu’elle t’a fait changer de bord. A mon avis tu sous estimes ton charme que tu dois avoir sur elle. 🙂

  33.  » En parlant à tout le monde de sa sexualité, la personne prouve qu’elle plaît à qui en douterait

    Même si tu ne rentres pas dans les détails de ta vie sexuelle n’est-ce pas exactement ce que tu fais?

  34. Enfin, je trouve des personnes du meme avis que moi et que mon copain! Notre bande de copains est assez centré sur le « cul » aussi…Je trouve que ma vie sexuelle m’appartient et je n’ai pas envie de la dévoiler. C’est pas du « cul », c’est de l’Amour, du respect. Du coup je ne me sens pas toujours à l’aise quand tout le monde ajoute ses commentaires lors d’une discution commune et quemoi je ne dis rien. Ca me lourde ces discutions. Heureuse d’apprendre que je ne suis pas la seule!

  35. « Le sexe, ça en fait partie mais à nos âges, ça sert à quoi de continuer? » : actuellement, tu te sens « jeune » ou « adulte »?

    « J’y connais rien en moules… 😉 » : raison de plus pour relever le défis. 😉

    « Ptit Pois est une fille, Stef!!! » : méa-culpa, j’avais oublié.

  36. « Je me sens adulte » : la pratique s’arrête au moment où tu n’a plus le besoin de montrer que tu es un adulte, donc quand tu te sens adulte.

    « … un sujet sur lequel je ne connais strictement rien » : domage, il aurait pu être marrant. 😉

    « avec des petits renseignements dessus » : j’en ai mais mon cerveau commence à être trop petit pour tout retenir. 😛

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *